Forum du Monde des Religions
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -33%
Pokémon Diamant Etincelant ou Perle ...
Voir le deal
29.99 €

Aller en bas
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:13
Rappel du premier message :

La croyance officiel des mormons




La croyance des mormons

Ce en quoi nous croyons

Nous sommes tous des enfants spirituels d’un Père céleste aimant qui nous a envoyés sur cette terre pour apprendre et progresser dans la condition mortelle. Nous sommes des disciples de Jésus-Christ . Nous le servons et nous enseignons le plan éternel qu’il a pour chacun de nous.

Jésus-Christ

« Elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus ; c’est lui qui sauvera son peuple de ses péchés » 
MATTHIEU 1:21


Jésus-Christ, notre Sauveur

Jésus-Christ est le Sauveur du monde et le Fils de Dieu. Il est notre Rédempteur. La Bible nous enseigne ce qui suit : la mère de Jésus-Christ était Marie, son père terrestre était Joseph, il naquit à Bethléhem, il grandit à Nazareth et travailla avec Joseph comme charpentier. À l’âge de trente ans, il commença son ministère qui allait durer trois ans; au cours de ce ministère, il instruisit, bénit et guérit les habitants de la Terre Sainte. Il organisa aussi son Église et donna à ses apôtres « pouvoir et autorité » (Luc 9:1 , traduction littérale de la version du roi Jacques, N.d.T.) afin qu’ils l’aident dans son œuvre.

Quel est le sens de ce que nous affirmons, à savoir qu’il est le Sauveur du monde et le Rédempteur ? Notre façon même de désigner Jésus-Christ indique qu’il est le seul chemin par lequel nous pouvons retourner vivre avec notre Père céleste. Jésus a souffert et a été crucifié pour les péchés du monde, offrant ainsi à chaque enfant de Dieu le don du repentir et du pardon. On ne peut être sauvé que par sa miséricorde et par sa grâce. Sa résurrection, qui eut lieu par la suite, a préparé la voie pour que chaque personne puisse également surmonter la mort physique. Ces événements constituent l’Expiation. En résumé, Jésus-Christ nous sauve du péché et de la mort. En cela, il est notre Sauveur et notre Rédempteur au sens le plus littéral. Jésus-Christ reviendra un jour régner pendant mille ans sur la terre pacifiée. Jésus-Christ est le Fils de Dieu et il sera notre Seigneur à jamais.







Ce que Jésus-Christ signifie pour nous
 Quand nous acceptons l’aide de Jésus-Christ, nous pouvons ressentir la paix dans cette vie et retourner auprès de notre Père céleste après notre mort.


Dieu est notre Père céleste et, comme tout parent, il veut que nous, ses enfants, soyons heureux. Dans les Écritures, il enseigne : « Car voici mon œuvre et ma gloire : réaliser l’immortalité et la vie éternelle de l’homme » ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]). La vie éternelle signifie vivre dans les cieux en sa présence, avec notre famille, à tout jamais. Dieu nous a donné des commandements qui nous enseignent ce qui est bien et ce qui est mal et qui nous indiquent la route à suivre pour obtenir le plus grand bonheur dans cette vie. Jésus-Christ a enseigné : « Si vous m’aimez, gardez mes commandements » (Jean 14:15). Mais les Écritures nous apprennent aussi que « rien d’impur ne peut demeurer auprès de Dieu » ([Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]). Bien que nous nous efforcions de vivre du mieux possible, nous péchons tous. Comment pouvons-nous vivre dans le royaume parfait de Dieu si nous sommes imparfaits ?

Dieu a envoyé Jésus-Christ pour que nous puissions surmonter nos péchés et nos imperfections. « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Jean 3:16).

Dieu a envoyé Jésus-Christ sur terre pour nous donner le moyen de surmonter nos imperfections.
« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui » (Jean 3:16–17).

Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:30
Réponses aux questions posées par frère Phelps dans sa lettre du 4 juin

Premièrement, pour ce qui est des pauvres: lorsque les évêques seront nommés conformément à notre recommandation, c’est à eux qu’il incombera de veiller aux pauvres selon les lois de l’Église.

Dites aux frères Hulet et à tous les autres que le Seigneur ne les a jamais autorisés à dire que le diable, ses anges ou les fils de perdition rentreraient un jour en grâce; car l’état auquel ils sont destinés n’a pas été révélé à l’homme, ne l’est pas et ne le sera jamais, sauf à ceux qui y sont condamnés: par conséquent ceux qui enseignent cette doctrine ne l’ont pas reçue de l’Esprit du Seigneur. C’est à juste titre que frère Oliver a dit que c’était la doctrine des démons. Nous commandons donc que cette doctrine ne soit plus enseignée en Sion. Nous approuvons la décision de l’évêque et de son conseil de considérer que quiconque enseigne cette doctrine est passible d’excommunication.
Nous terminons notre lettre en vous saluant comme d’habitude, en signe de l’al­liance nouvelle et éternelle. Nous nous hâtons de terminer, parce que le courrier part à l’instant.

Joseph Smith, fils
Sidney Rigdon 
F. G. Williams

Kirtland, 2 juillet 1833
Aux frères en Sion, 




Le don des langues

Nous sommes occupés à écrire une lettre à [la branche de] Eugene concernant les deux Smith, car nous avons reçu deux lettres d’eux: une de John Smith, l’autre de l’ancien de l’Église [Eden Smith]. Pour ce qui est du don des langues, tout ce que nous pouvons dire, c’est qu’ici nous l’avons reçu comme ceux d’autrefois: nous sou­haitons cependant que vous soyez prudents de peur d’être séduits en ceci. Prenez garde aux maux qui peuvent provenir de récits faits par des femmes ou autrement; soyez prudents en toutes choses de peur que l’animosité n’implante ses racines chez vous et que beaucoup ne soient ainsi souillés. Si vous n’y faites pas attention, Satan vous troublera certainement au sujet du don des langues; vous ne pourriez le surveil­ler de trop près ni prier de trop. Puisse le Seigneur vous donner la sagesse en tout. Dans une lettre envoyée la semaine dernière, vous aurez certainement trouvé, avant de recevoir celle-ci, des renseignements concernant la Nouvelle Traduction. Adres­sez la caisse contenant le Livre des Commandements à N. K. Whitney et Cie, Kirtland, comté de Geauga (Ohio), aux bons soins de Kelly and Walworth, Cleveland, comté de Cuyahoga (Ohio).

Nous terminons en approuvant de tout cœur toutes les mesures prises en vue de la diffusion de la vérité en ces derniers jours et en vous assurant que nos désirs les plus forts et nos prières les plus sincères concernent la prospérité de Sion. Dites à tous les frères et à toutes les sœurs en Sion qu’ils ont notre amour et nos meilleurs souhaits, et que le désir le plus vif de notre esprit est que leur bien-être temporel, spirituel et éternel soit assuré. Nous vous saluons comme toujours au nom du Seigneur Jésus. Amen.

Joseph Smith, fils
Sidney Rigdon
F. G. Williams


.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:30
Lettre à Vienna Jaques

4 septembre 1833 — J’ai écrit ce qui suit à sœur Vienna Jaques à Independence (Missouri):



Chère sœur, ayant quelques instants de loisir, je m’assieds pour vous écrire quelques mots que je me sens tenu de rédiger avec soin pour votre satisfaction, si du moins c’est une satisfaction pour vous que de recevoir quelques mots de votre frère indigne en Christ. J’ai reçu, il y a quelque temps déjà, votre lettre contenant l’histoire de vo­tre voyage et de votre arrivée à bon port, ce pour quoi je bénis le Seigneur; j’ai sou­vent entendu une voix me chuchoter ceci depuis que j’ai reçu votre lettre: «Joseph, c’est à ton Dieu que tu dois le don fait par ta sœur Vienna, qui a été le coup de pouce décisif dans la solution de tes problèmes financiers. Tu ne dois donc pas l’oublier, car c’est le Seigneur qui a fait ceci et tu dois te souvenir d’elle dans toutes tes prières et aussi par lettre, car elle invoque souvent le Seigneur, disant: O Seigneur, inspire ton serviteur Joseph pour qu’il envoie par lettre quelque parole à ton indigne servante. Ne peux-tu prononcer des paroles de paix à ta servante et dire que tous mes péchés me sont pardonnés? Et n’es-tu pas satisfait du châtiment que tu as infligé à ta servan­te?» Oui, sœur, voilà ce qu’un esprit semble me chuchoter, et je vous laisse le soin de juger de quel esprit il s’agit. Je savais, lorsque vous avez quitté Kirtland, que le Sei­gneur vous châtierait, mais j’ai prié avec ferveur au nom de Jésus pour que vous viviez assez longtemps pour recevoir votre héritage conformément au commande­ment qui avait été donné à votre sujet. Je ne suis pas du tout étonné de ce qui vous est arrivé ni de ce qui est arrivé à Sion et je pourrais vous dire tout le pourquoi, toutes les raisons de toutes ces calamités. Mais hélas il est vain d’avertir et de donner des pré­ceptes, car tous les hommes sont disposés par nature à suivre leur propre chemin qu’ils ont tracé de leur propre doigt et ne sont pas disposés à envisager et à suivre le chemin impliqué par quelqu’un d’autre qui dit: Voici le chemin, suivez-le, même s’il s’agit d’un guide infaillible et que le Seigneur son Dieu l’a envoyé. Néanmoins je ne me sens pas disposé à critiquer, mais j’ai envie d’invoquer le Seigneur à grands cris pour que tout ce qui s’est passé contribue à donner un bon résultat; oui, je me sens l’envie de dire: O Seigneur, que Sion soit consolée, que ses lieux dévastés soient construits et établis au centuple, que tes saints viennent en Sion de toutes les nations, qu’ils soient exaltés au troisième ciel et que ton jugement soit envoyé pour la victoi­re; et après cette grande épreuve, que tes bénédictions tombent sur ton peuple et que ta servante vive jusqu’à ce que son âme soit satisfaite de contempler la gloire de Sion; car malgré son affliction actuelle, celle-ci se lèvera un jour et se parera de ses beaux vêtements et sera la joie et la gloire de toute la terre. Que votre cœur soit donc consolé, vivez dans l’obéissance stricte aux commandements de Dieu, et il vous exal­tera au moment voulu par lui. Les frères ici gagnent du terrain dans les choses spiri­tuelles et essaient de vaincre tout ce qui n’est pas agréable à leur Père céleste. Je tiens à vous assurer que le Seigneur tient compte du don que vous avez fait ... Frère Da­vid W. Patten vient de rentrer de sa visite dans l’Est et son ministère nous donne de grandes satisfactions. Il a suscité une Église d’environ quatre-vingt-trois membres dans la partie du pays où habitent ses amis: l’État de New York. Beaucoup ont été guéris par son entremise, plusieurs estropiés ont été guéris. Il y en a eu jusque douze à la fois, qui étaient affligés, qui sont venus de loin pour être guéris; lui et d’autres leur ont fait l’imposition des mains au nom de Jésus et ils ont été guéris. Vous voyez ainsi que les ouvriers de la vigne du Seigneur travaillent de toutes leurs forces pen­dant que dure le jour, sachant que «bientôt vient la nuit, où personne ne peut travail­ler». Je n’ai que peu de temps pour écrire en ce moment, car je travaille de mes pro­pres mains à la maison du Seigneur; par conséquent je dois vous faire mes adieux et signer cette lettre du nom de votre frère indigne en Christ. Amen. 

(signé) Joseph Smith



Anxiété pour les saints affligés

19 novembre — J’ai écrit ce qui suit de Kirtland à Moses C. Nickerson à Mount Plea­sant, Haut Canada:


Frère Moses, nous sommes arrivés en ce lieu le 4 écoulé après un voyage fatigant pendant lequel nous avons eu la bénédiction d’une santé normale. Nous avons pris congé des Nickerson, votre père et votre mère, à Buffalo; ils étaient en bonne santé et ont manifesté une certaine satisfaction à voir que leur voyage était accompagné de prospérité et de bénédictions.

Depuis notre arrivée ici, frère Sidney est affligé d’une maladie des yeux, ce qui est probablement la raison pour laquelle vous n’avez pas encore eu de nos nouvelles; il envisageait en effet de vous écrire immédiatement, mais, bien qu’il doive certaine­ment vous écrire bientôt, je pense, attendu que ses yeux vont manifestement mieux, toutefois, pour le cas où vous seriez impatient d’avoir de nos nouvelles, je me suis dit que vous pourriez avoir une certaine satisfaction à recevoir quelques mots de ma part, même s’il leur manque l’élégance des lettrés de notre époque, du moins lorsque vous vous rappelez les rapports étroits qui nous unissent dans les liens éternels de l’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ.

D’une manière générale, nous avons trouvé l’Église et les familles que nous avons en ce lieu en bonne santé. Rien d’important ne s’est produit pendant que nous étions absents, à l’exception du décès d’un de nos frères, David Johnson, un jeune homme d’une grande valeur, un de nos concitoyens, dont nous déplorons la perte à juste ti­tre.

Nous avons la chance de recevoir fréquemment des informations de différentes par­ties de notre région concernant les progrès de l’Évangile, et nous prions quotidien­nement notre Père pour qu’il se répande considérablement, et ce, même jusqu’à ce que toutes les nations entendent la merveilleuse nouvelle et fassent connaissance de la vérité.

Nous avons récemment reçu des lettres de nos frères du Missouri, mais il ne nous est pas possible de savoir, d’après leur contenu, dans quelle mesure les personnes qui désirent les expulser de cette région mettront à exécution leurs desseins illégaux et impies. Nos frères se sont adressés au gouverneur de l’État qui leur a promis toute l’aide que la loi civile peut apporter; et selon toute probabilité, au moment où j’écris ceci, un procès a déjà été entamé.

On nous apprend cependant que ces personnes sont très violentes et menacent d’extermination immédiate tous ceux qui professent notre doctrine. Nous ne savons pas jusqu’à quel point on leur permettra de mettre leurs menaces à exécution, mais nous avons confiance dans le Seigneur et nous lui laissons le soin de gérer l’événe­ment selon sa sagesse.

J’attendrai une lettre de vous lorsque vous aurez reçu celle-ci, et j’espère que vous me donnerez des informations concernant les frères, leur santé, leur foi, etc., et que vous me donnerez aussi des nouvelles des amis avec lesquels nous avons fait connais­sance.

Vous savez certainement, cher frère, que j’ai l’esprit constamment assailli par une anxiété inexprimable au sujet des saints lorsque je vois les nombreuses tentations auxquelles nous soumet la ruse et la flatterie du grand Adversaire de notre âme; et je peux dire, en vérité, que j’ai invoqué le Seigneur avec beaucoup de ferveur pour nos frères du Canada. Et lorsque je pense à la facilité avec laquelle ils ont reçu la parole de la vérité par notre ministère, à frère Sidney et à moi, je me sens vraiment une grande obligation de m’humilier devant Lui.


.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:32
La venue du Fils de l’Homme

Lorsque je pense à la vitesse avec laquelle s’avance le jour grand et glorieux de la ve­nue du Fils de l’Homme, où il viendra recevoir ses saints en lui, où ils demeureront en sa présence et seront couronnés de gloire et d’immortalité, quand je pense que bientôt les cieux seront ébranlés et que la terre tremblera et chancellera et que le ciel se retirera comme un livre qu’on roule et que toute montagne et toute île s’enfuiront, je m’écrie dans mon cœur: quelle sorte de personnes devrions-nous être par la sain­teté de la conduite et par la piété!

Vous vous souvenez des témoignages que j’ai rendus au nom du Seigneur Jésus concernant la grande œuvre qu’il a suscitée dans les derniers jours. Vous savez comment je me suis exprimé, comment je vous ai annoncé dans ma faiblesse et ma simplicité ce que le Seigneur avait suscité pour notre génération en m’envoyant ses saints anges. Je prie que le Seigneur vous donne la capacité de chérir ces choses dans votre esprit, car je sais que son Esprit rendra témoignage à tous ceux qui recherchent diligemment la connaissance auprès de lui. J’espère que vous sonderez les Écritures pour voir si ces choses concordent avec ce que les prophètes et les apôtres d’autrefois ont écrit.

e songe à frère Freeman et à sa femme, ainsi qu’à Ransom, à sœur Lydia et au petit Charles ainsi qu’à tous les frères et sœurs. Je vous supplie de vous souvenir de moi dans toutes les prières que vous faites au nom de Jésus devant le trône de grâce. J’es­père que le Seigneur m’accordera de vous revoir tous, et par-dessus tout que nous pourrons vaincre et nous asseoir ensemble dans le royaume de notre Père.

Votre frère, etc.
Joseph Smith



Sion subira des afflictions 

L’Esprit ne m’a donné aucune information m’apprenant que Sion ait perdu son droit à une couronne céleste, en dépit du fait que le Seigneur ait permis qu’elle soit ainsi affligée, si ce n’est certaines personnes qui ont été désobéissantes et ont abandonné les nouvelles alliances; tous ces gens-là seront démasqués en temps opportun par leurs œuvres. Je me suis toujours attendu, d’après ce que j’ai pu apprendre dans les commandements qui ont été donnés, à ce que Sion souffre des afflictions. Mais je voudrais vous rappeler un certain passage d’un de ces commandements qui dit qu’après beaucoup de tribulations vient la bénédiction. Par cette révélation et aussi par d’autres, et aussi par une que j’ai récemment reçue, je sais que Sion sera rachetée au temps voulu par le Seigneur; mais pour ce qui est du nombre des jours de sa puri­fication, de ses tribulations et de son affliction, le Seigneur l’a dissimulé à mes yeux, et quand je l’interroge à ce propos, la voix du Seigneur me dit: Sois calme et sache que je suis Dieu; tous ceux qui souffrent pour mon nom régneront avec moi et celui qui donne sa vie pour moi la retrouvera.

Maintenant il y a deux choses que j’ignore, et le Seigneur ne veut pas me les montrer, peut-être dans un but sage connu de lui, je veux dire à certains égards — et voici de quoi il s’agit: pourquoi Dieu a permis qu’une aussi grande calamité s’abatte sur Sion et quelle est la cause profonde de cette grande affliction; ensuite comment il va la ramener dans son héritage, avec des chants de joie éternelle sur la tête. Ces deux choses, frères, me sont partiellement cachées de sorte qu’elles ne m’apparaissent pas clairement; mais il y a des choses qui me sont tout à fait évidentes, qui nous ont valu le déplaisir du Tout-Puissant.


.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:32
Les justes souffrent avec les coupables

Lorsque je pense à tout ce qui a été manifesté, je me rends compte que je ne devrais pas murmurer, et je ne murmure pas si ce n’est en ceci que ceux qui sont innocents sont obligés de souffrir pour les iniquités des coupables; et je ne peux l’expliquer que de cette façon, que la parole du Sauveur n’a pas été strictement observée: «Si ton œil droit est pour toi une occasion de chute, arrache-le et jette-le loin de toi. Et si ta main droite est pour toi une occasion de chute, coupe-la et jette-la loin de toi.» Il est un fait que si l’un des membres de notre corps est malade, le reste de notre corps en sera affecté, et à ce moment-là le tout est entraîné collectivement dans la servitude; et ce­pendant, en dépit de tout ceci, j’ai beaucoup de mal à maîtriser mes sentiments lors­que je sais que vous, mes frères, avec qui j’ai connu tant d’heures heureuses — étant assis pour ainsi dire dans des lieux célestes en Christ Jésus et ayant également le té­moignage que je ressens et que j’ai toujours ressenti, de la pureté de vos intentions —êtes chassés et êtes comme des étrangers et des pèlerins sur la terre, exposés à la faim, au froid, à la nudité, aux dangers, à l’épée — je le dis, lorsque je pense à cela, j’ai du mal à m’abstenir de me plaindre et de murmurer contre les gens de notre époque, mais je me rends compte que ce n’est pas bien; puisse Dieu permettre que, malgré vos grandes afflictions et vos grandes souffrances, rien ne nous sépare de l’amour du Christ.

Frères, lorsque nous apprenons quelles sont vos souffrances, cela éveille toute la compassion de notre cœur, cela nous afflige profondément, nous ne pouvons nous abstenir de pleurer et cependant nous ne pouvons nous rendre compte qu’en partie de vos souffrances; et j’entends souvent les frères dire qu’ils voudraient être avec vous afin de supporter une partie de vos souffrances; et moi-même j’aurais été avec vous si Dieu ne l’avait pas empêché selon l’ordre de sa Providence, afin que le joug de l’affliction soit moins pénible pour vous, Dieu m’ayant prévenu, à ce propos, dans votre intérêt; en outre frère Cowdery ne pourrait pas aller alléger vos afflictions en demeurant plus longtemps avec vous, car sa présence aurait rendu vos ennemis d’au­tant plus furieux; c’est pourquoi Dieu a agi avec miséricorde à notre égard. O frères, soyons reconnaissants de ce que notre situation est aussi bonne qu’elle l’est et de ce que nous sommes toujours en vie; qui sait? Dieu a peut-être beaucoup de bonnes choses en réserve pour nous dans cette génération et peut-être nous permettra-t-il d’encore glorifier son nom.



La valeur d’un héritage

Je suis reconnaissant qu’il n’y en ait pas plus qui ont renié la foi; je prie Dieu au nom de Jésus que vous soyez tous conservés dans la foi jusqu’à la fin: quelles que soient vos souffrances, il vaut mieux aux yeux de Dieu que vous mouriez que d’abandonner le pays de Sion, les héritages que vous avez achetés de votre argent; car quiconque n’abandonne pas son héritage, dût-il mourir, lorsque le Seigneur viendra, il s’y tien­dra et, avec Job, dans sa chair il verra Dieu. C’est pourquoi voici ce que je vous re­commande: conservez vos terres jusqu’à la dernière limite et utilisez tous les moyens légaux pour demander réparation à vos ennemis; et priez Dieu jour et nuit pour qu’il vous ramène en paix et en sécurité dans les terres de votre héritage; et si le juge ne vous donne pas satisfaction, faites appel au gouverneur; et si le gouverneur ne vous donne pas satisfaction, faites appel au président; et si le président ne vous donne pas satisfaction, et que toutes les lois ne vous donnent pas satisfaction, et que l’humanité du peuple ne vous donne pas satisfaction, et que rien d’autre ne vous donne satisfaction, si ce n’est Dieu seul, ne cessez pas de le lasser en l’importunant, comme la pau­vre femme le fit avec le juge inique. Il ne manquera pas de vous faire justice de vos ennemis et de venger ses élus qui l’invoquent jour et nuit. Voici, il ne vous abandon­nera pas! Il viendra avec ses saintes myriades, et tous ses adversaires seront détruits par le souffle de ses lèvres! Tous ceux qui conservent leur héritage, même s’ils sont battus et chassés, seront semblables aux vierges sages qui avaient mis de l’huile dans leur lampe. Mais tous ceux qui sont incrédules et ont peur seront semblables aux vierges folles qui n’avaient pas mis d’huile dans leur lampe: et lorsqu’ils reviendront et diront aux saints: donnez-nous de vos terres, voici on ne trouvera pas de place pour eux. Pour ce qui est de donner des titres de propriété, je vous recommande de donner des titres de propriété lorsque les frères y ont légalement et justement droit, et ensuite que chacun réponde devant Dieu de ce qu’il en fait. 

Je voudrais proposer quelques idées à frère Phelps, sans savoir si elles auront quel­que utilité, mais je les propose à sa méditation. Je serais content s’il était ici, s’il lui était possible de venir, mais je n’ose pas le lui conseiller, ne sachant pas ce qui nous arrivera, car nous subissons ici des menaces très redoutables et très graves de la part de beaucoup de gens.

Mais il se peut que les gens de Liberty se sentent disposés, Dieu ayant le pouvoir d’adoucir le cœur de tous les hommes, à y installer une presse d’imprimerie; si pas là alors ailleurs, là où cela conviendra le mieux et où il sera possible d’y parvenir; Dieu sera disposé à ce qu’elle se trouve n’importe où on peut l’installer en toute sécurité. Nous devons être prudents comme les serpents et simples comme les colombes. Je voudrais aussi que frère Phelps réunisse toutes les informations et nous donne l’his­toire véridique des débuts et de la naissance de Sion, de ses calamités, etc.


.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:33
Bénédiction du prophète sur son père et sa mère

Ainsi parla le Voyant, et telles sont les paroles qui tombèrent de ses lèvres tandis que les visions du Tout-Puissant étaient ouvertes à ses yeux. Il dit:

«Mon père est béni du Seigneur, car il se tiendra au milieu de sa postérité et sera consolé par ses bénédictions lorsqu’il sera vieux et courbé par les ans; il sera appelé leur prince et sera compté parmi ceux qui détiennent le droit à la prêtrise patriarcale, et même aux clefs de ce ministère, car il réunira sa postérité comme le fit Adam, et l’assemblée que celui-ci convoqua sera un exemple pour mon père, car voici ce qui est écrit à son sujet:

Trois ans avant sa mort, Adam convoqua Seth, Énosch, Kénan, Mahalaleel, Jéred, Hénoc et Metuschélah, qui étaient tous grands prêtres, avec ceux de sa postérité qui étaient justes, dans la vallée d’Adam-ondi-Ahman, et prononça sur eux sa dernière bénédiction. Le Seigneur leur apparut, et ils se levèrent, bénirent Adam et l’appelè­rent Michel, le Prince, l’Archange. Le Seigneur consola Adam et lui dit: Je t’ai placé à la tête; une multitude de nations sortiront de toi et tu es leur Prince à jamais. Ainsi en sera-t-il de mon père: il sera appelé prince de sa postérité, détenant les clefs de la prêtrise patriarcale sur le royaume de Dieu sur la terre, qui est l’Église des saints des derniers jours, et il siégera dans l’assemblée générale des patriarches, en conseil avec l’Ancien des jours, lorsqu’il siégera, et tous les patriarches avec lui, et exercera son droit et son autorité sous la direction de l’Ancien des jours.

Ma mère, elle aussi, est bénie, car c’est une mère en Israël et elle participera avec mon père à toutes ces bénédictions patriarcales.

Mes frères et mes sœurs sont bénis, eux aussi, car ils trouveront un jour la rédemp­tion dans la maison du Seigneur, et leurs descendants seront une bénédiction, une joie et une consolation pour eux.

Bénie est ma mère, car son âme est sans cesse remplie de bienveillance et de phi­lanthropie et, malgré son âge, elle recevra encore de la force et sera consolée au sein de sa maison. Ainsi dit le Seigneur: elle aura la vie éternelle.

Et de plus, béni est mon père, car la main du Seigneur sera au-dessus de lui et il sera rempli du Saint-Esprit, car il prédira tout ce qui arrivera à sa postérité jusqu’à la der­nière génération et il verra l’affliction de ses enfants se dissiper et leurs ennemis sous leurs pieds; et lorsque sa tête sera tout à fait mûre, il se verra lui-même tel un olivier dont les branches ploient sous les nombreux fruits. Voici, les bénédictions données à Joseph par son père viendront jusqu’à l’extrême limite sur la tête de mon père et de sa postérité après lui à savoir la partie qui dit qu’il sera le rejeton d’un arbre fertile; il sera comme le rejeton d’un arbre fertile près d’une source, dont les branches s’élèvent au-dessus de la muraille, et sa postérité demeurera et sera puissante et ses bras seront rendus forts par les mains du Dieu puissant de Jacob et du Dieu de ses pères; le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob l’aidera ainsi que sa postérité après lui; le Tout-Puissant lui donnera, à lui et à sa postérité après lui, les bénédictions des cieux en haut et les bénédictions des eaux en bas, et sa postérité se lèvera et le dira heu­reux. Il sera comme la vigne aux excellents raisins lorsque ses grappes sont tout à fait mûres, et il possédera aussi une demeure là-haut dans le royaume céleste. Des mil­liers de personnes lui demanderont conseil et il aura une place dans la Maison du Seigneur, car il sera puissant dans le conseil des anciens, et ses jours seront prolon­gés; et lorsqu’il s’en ira, il partira en paix et son repos sera glorieux; et on se souvien­dra de son nom jusqu’à la fin. Amen.

Oliver Cowdery,
greffier et historien
— M. S. S., 18 décembre 1833 (Premier registre des bénédictions patriarcales, 23 septembre 1835)
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:33
Les ténèbres spirituelles

Réfléchissez un instant, frères, à l’accomplissement des paroles du prophète; car nous voyons que les ténèbres couvrent la terre et l’obscurité l’esprit de ses habitants, que les crimes de toutes sortes sont en augmentation parmi les hommes, que l’on pratique des vices d’une énorme gravité, que la génération montante grandit dans la plénitude de l’orgueil et de l’arrogance, que les vieux perdent tout sentiment de conviction et bannissent apparemment toute idée d’un jour du châtiment, que l’intempérance, l’immoralité, l’extravagance, l’orgueil, la cécité de cœur, l’idolâtrie, la perte de l’affection naturelle, l’amour de ce monde et l’indifférence à l’égard des choses de l’éternité augmentent parmi ceux qui professent croire en la religion du ciel, et que l’infidélité se répand en conséquence, que les hommes se laissent aller à commettre des actes de l’espèce la plus répugnante et les actes les plus noirs, men­tant, blasphémant, diffamant, escroquant, détruisant la réputation de leurs voisins, volant, dérobant, assassinant, étant partisans de l’erreur et opposés à la vérité, aban­donnant l’alliance du ciel et reniant la foi de Jésus. Et au milieu de tout cela, le jour du Seigneur s’approche rapidement, ce jour où il ne sera permis à personne, sauf à ceux qui portent le vêtement de noces, de manger et de boire en la présence de l’Époux, le Prince de la paix!



L’état déplorable du monde

Conscients de la réalité de ce qui précède, quels peuvent être les sentiments de ceux qui ont goûté le don céleste, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècle à venir? Qui, si ce n’est ceux qui peuvent voir le terrible précipice au bord duquel se trouve le monde de l’humanité de notre génération, peut travailler dans la vigne du Seigneur sans éprouver le sentiment de la situation déplorable du monde? Qui, si ce n’est ceux qui ont dûment réfléchi à la condescendance du Père de notre esprit par laquelle il a assuré un sacrifice pour sa création, un plan de rédemption, un pouvoir d’expiation, un système de salut, dont un des grands objectifs est de ramener les hommes en la présence du roi du ciel, les couronnant dans la gloire céleste et les faisant héritiers avec son Fils de cet héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, qui, si ce n’est ceux-là, peut se rendre compte à quel point il est important de marcher dans une voie intègre devant tous les hommes et dans la diligence à invi­ter tous les hommes à prendre part à ces bénédictions? Quelle gloire indescriptible ces choses n’ont-elles pas pour l’humanité! On peut à juste titre les considérer comme la bonne nouvelle d’une grande joie pour toutes les nations, et en plus une nouvelle qui devrait remplir la terre et réjouir le cœur de chacun lorsqu’il l’entend. Le fait de savoir que chacun recevra selon sa diligence et sa persévérance pendant qu’il est dans la vigne devrait inciter tous ceux qui sont appelés à être messagers de cette bonne nouvelle de mettre à ce point leur talent en pratique qu’ils pourront en acquérir d’autres, afin que lorsque le Maître s’assiéra pour demander des comptes de leur conduite à ses serviteurs, il puisse dire: C’est bien, bon et fidèle serviteur; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton Maître. Il y en a qui prennent sur eux de dire que le monde à notre époque progresse rapide­ment dans la justice, qu’est terminée l’époque sombre de la superstition et de l’aveu­glement où la foi du Christ n’était connue et pratiquée que par un petit nombre, où le pouvoir ecclésiastique exerçait une domination presque universelle sur la chrétienté et où la conscience des hommes était maintenue captive par les chaînes puissantes de la puissance cléricale; mais que maintenant les sombres nuages se sont déchirés et que l’Évangile brille de toute la gloire resplendissante d’un jour apostolique, et que le royaume du Messie se répand considérablement, que l’Évangile de notre Seigneur est porté à diverses nations de la terre, que les Écritures sont traduites en différentes langues, que les messagers de la vérité traversent le vaste océan pour proclamer aux hommes qui sont dans les ténèbres le Sauveur ressuscité et pour dresser l’étendard d’Emmanuel là où la lumière n’a jamais brillé, et que l’idole est détruite, que le tem­ple des images taillées est abandonné; et que ceux qui, peu de temps seulement au­paravant, suivaient les traditions de leurs pères et sacrifiaient leurs propres enfants pour apaiser la colère de quelque Dieu imaginaire élèvent maintenant la voix pour adorer le Très-Haut et tournent leurs pensées vers lui en s’attendant pleinement à être un jour joyeusement reçus dans son royaume éternel!


.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:33
L’obéissance aux gouvernements est nécessaire

Tous les gouvernements régulièrement organisés et bien établis ont certaines lois grâce auxquelles les innocents sont plus ou moins protégés et les coupables punis. Nous reconnaissons que certaines lois sont bonnes, équitables et justes et devraient lier celui qui les reconnaît et l’inciter à obéir d’une manière stricte à ces lois. Ces lois, lorsque cette personne les enfreint, doivent, en toute justice, la convaincre avec une puissance double, si c’est possible, de l’étendue et de l’ampleur de son délit, parce qu’elle ne pourrait pas plaider son ignorance et que son acte de transgression a été commis ouvertement en dépit de la lumière et de la connaissance. Mais la personne qui est ignorante et qui transgresse ou viole les lois sans s’en rendre compte, même si la voix du pays exige qu’elle souffre, néanmoins elle ne ressentira jamais ce remords de conscience qu’éprouvera l’autre, et il ne s’élèvera jamais dans son sein ce regret incisif et tranchant qu’elle aurait si elle avait accompli l’acte ou commis l’offense, sa­chant pleinement qu’elle enfreignait la loi de son pays et ayant précédemment re­connu celle-ci comme étant juste. En disant ceci, nous n’avons pas l’intention d’es­sayer de mettre la loi de l’homme à égalité avec la loi du ciel, parce que nous ne considérons pas qu’elle est conçue avec la même sagesse et la même équité; nous ne considérons pas non plus qu’elle suffit en elle-même pour conférer à l’homme quoi que ce soit de comparable à ce que peut donner la loi du ciel, même si elle le promet­tait. Les lois des hommes peuvent garantir à un peuple la protection dans les activités honorables de cette vie, ainsi que le bonheur temporel que l’on éprouve quand on est protégé contre des insultes et des torts injustes; une fois qu’on a dit cela, c’est en vé­rité tout ce que l’on peut dire du pouvoir, de l’étendue et de l’influence des lois des hommes en dehors de la loi de Dieu. La loi du ciel est présentée à l’homme, et comme telle garantit à tous ceux qui y obéissent une récompense dépassant de loin tout ce que l’on peut envisager sur le plan terrestre, bien qu’elle ne promette pas que le croyant, à toutes les époques, doive être à l’abri des afflictions et des ennuis pro­venant de sources diverses suite aux actes d’hommes mauvais sur la terre. Et cepen­dant au milieu de tout cela, il y a là une promesse basée sur le fait que c’est la loi du ciel, qui transcende la loi de l’homme, autant que la vie éternelle transcende la vie temporelle, tout comme les bénédictions que Dieu est capable de donner sont plus grandes que celles que l’homme peut accorder. Ainsi donc il est certain que si la loi de l’homme lie celui-ci une fois qu’il la reconnaît, à combien plus forte raison cela ne doit-il pas être le cas de la loi du ciel! Et puisque la loi du ciel est plus parfaite que la loi de l’homme, la récompense doit être d’autant plus grande si on y obéit. La loi de l’homme promet la sécurité dans la vie temporelle, mais la loi de Dieu promet cette vie qui est éternelle, à savoir un héritage à la droite de Dieu même, à l’abri de tous les pouvoirs du Malin.



Lorsque l’homme s’approche de Dieu, il est éclairé

Nous considérons que Dieu a créé l’homme en le dotant d’un esprit capable d’être instruit et de facultés qui peuvent être augmentées en fonction de l’attention et de la diligence accordées à la lumière que le ciel communique à l’intelligence; et que plus un homme approche de la perfection, plus ses idées sont claires et plus sa jouissance est grande, jusqu’à ce qu’il ait surmonté les maux de sa vie et perdu tout désir de pé­cher et, comme les anciens, arrive à ce point de la foi où il est enveloppé du pouvoir et de la gloire de son Créateur et enlevé pour demeurer avec lui. Mais nous considé­rons que c’est là un état auquel personne n’est jamais arrivé du jour au lendemain: il faut qu’il ait été instruit graduellement du gouvernement et des lois de ce royaume jusqu’à ce que son esprit soit capable dans une certaine mesure d’en saisir le bien-fondé, la justice, l’équité et l’harmonie. Vous trouverez d’autres instructions dans Deut. 32 où le Seigneur dit que Jacob est la part de son héritage. Il l’a trouvé dans une contrée déserte, dans une solitude aux effroyables hurlements; il l’a entouré, il en a pris soin, il l’a gardé comme la prunelle de son œil, etc., ce qui vous montrera la force du dernier point que nous avons avancé, à savoir qu’il est nécessaire que les hommes parviennent à une certaine compréhension des lois du royaume céleste avant d’avoir la permission d’y entrer: nous voulons dire la gloire céleste. Les gou­vernements des hommes sont si dissemblables et leurs lois si divergentes du gouver­nement et des lois du ciel, qu’un homme, par exemple, apprenant qu’il y a sur ce globe un pays appelé les États-Unis d’Amérique du Nord pourrait faire un voyage jusqu’ici sans avoir tout d’abord appris les lois de son gouvernement; mais l’état du royaume de Dieu est tel que tous ceux qui prennent part à cette gloire se trouvent dans la nécessité d’apprendre tout d’abord quelque chose à son sujet avant d’y en­trer. Mais l’étranger peut venir dans notre pays sans connaître une syllabe de ses lois, sans même s’engager à y obéir après son arrivée. Pourquoi? Parce que le gouverne­ment des États-Unis ne l’exige pas: il n’exige une obéissance à ses lois que lorsque l’intéressé est arrivé sur le territoire qui se trouve sous leur juridiction.


.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:33
Les lois de l’homme ne sont pas en parallèle avec les lois du ciel

Comme nous l’avons précédemment noté, nous n’essayons pas de mettre la loi de l’homme en parallèle avec la loi du ciel; mais nous allons avancer une autre idée pour souligner davantage la nécessité d’obéir à la loi du ciel, lorsque l’on aura reconnu que les lois de l’homme lient l’homme. Si un roi devait étendre sa domination sur la terre habitable et publier ses lois qui seraient de l’espèce la plus parfaite et comman­dait à tous ses sujets d’y obéir et ajoutait comme récompense à l’intention de ceux qui y obéiraient qu’à un moment donné ils seraient invités à assister au mariage de son fils qui, en temps voulu, recevrait le royaume, et qu’ils seraient rendus égaux à lui dans celui-ci; et décidait comme châtiment en cas de désobéissance que quiconque était coupable serait chassé lors du festin des noces et n’aurait aucune part dans son gouvernement, quel est l’esprit rationnel qui pourrait, ne fût-ce qu’un instant, accu­ser le roi d’injustice s’il punissait les sujets rebelles de ce genre? En premier lieu, ses lois étaient justes, il était facile d’y obéir, et elles étaient parfaites: aucune tyrannie n’était exercée sur eux; mais la base même des lois était l’équité et la beauté et don­nerait le plus grand bonheur possible à ceux qui y obéissaient, outre le dernier grand avantage de s’asseoir vêtu d’une robe royale en la présence du roi lors du grand festin de noces de son fils et d’être rendu égal à lui dans toutes les affaires du royaume.



Ainsi dit le roi

Lorsque ces lois royales ont été décrétées et promulguées dans tout le vaste domai­ne, chaque sujet, lorsqu’on lui a demandé s’il croyait qu’elles venaient de son souve­rain ou non, a répondu: oui, je sais qu’elles viennent de lui, je connais la signature, car c’est l’écriture habituelle. Ainsi dit le roi! Ceci étant admis, le sujet est lié en vertu de toutes les règles de l’honneur vis-à-vis de son pays, de son roi et de sa propre ré­putation, d’obéir au sens le plus strict du terme à toutes les exigences de l’édit royal. Si quelqu’un échappait aux recherches des ambassadeurs du roi et n’entendait ja­mais parler de ces dernières lois, donnant à ses sujets des avantages aussi merveil­leux, on pourrait trouver une excuse en sa faveur, et il pourrait échapper à la censure du roi. Mais pour ceux qui ont entendu, qui ont reconnu et qui ont promis d’obéir à ces lois justes, on ne pourrait trouver aucune excuse, et lorsqu’ils seront amenés en la présence du roi, la justice exigera certainement qu’ils subissent le châtiment. Ce roi pourrait-il être juste s’il permettait à ces personnes rebelles de jouir de tous les avan­tages avec son fils et avec ceux qui ont été obéissants à ses commandements? Certai­nement pas. Parce qu’ils n’ont pas fait attention à la voix de leur roi légitime, ils n’ont eu aucune considération pour ses lois vertueuses, pour sa dignité, ni pour l’honneur de son nom, pas plus que pour l’honneur de leur pays, ni pour leur vertu privée! Ils n’ont pas considéré que son autorité suffisait pour lui obéir et ils n’ont eu aucun égard pour les bénédictions et les avantages immédiats découlant de ces lois s’ils leur obéissaient, tant ils étaient dépourvus de vertu et de bonté; et par-dessus tout, ils ont considéré comme si peu de chose la joie et la satisfaction d’avoir un siège légal en la présence légale du Fils unique du roi et le fait de lui être rendus égaux dans toutes les bénédictions, tous les honneurs, tout le confort et toute la félicité de son royaume, qu’ils ont rejeté l’espérance d’en jouir et ont considéré qu’il ne valait pas la peine qu’ils s’en préoccupent pour le moment, bien qu’ils n’aient pas le moindre doute quant à l’authenticité absolue de l’édit royal. 

De telles personnes seraient des individus dangereux dans n’importe quel gouver­nement. Comment un gouvernement pourrait-il être géré dans l’entente si ses administra­teurs étaient animés de dispositions et de principes aussi différents? Pourrait-il prospérer? Pourrait-il fleurir? L’entente régnerait-elle? L’ordre serait-il établi et la justice pourrait-elle être exécutée en droiture dans toutes les divisions de ses minis­tères? Non! Il s’y trouvait deux catégories d’hommes aussi différents que la lumière diffère des ténèbres, la vertu du vice, la justice de l’injustice, la vérité du mensonge, la sainteté du péché. Une catégorie serait parfaitement inoffensive et vertueuse: elle saurait ce qu’est la vertu pour l’avoir pleinement vécue, et sa fidélité à la vérité aurait été bien mise à l’épreuve par une série d’années d’obéissance fidèle à tous ses pré­ceptes célestes. Elle saurait ce qu’est le bon ordre, car elle aurait été disciplinée et aurait obéi aux lois qui lui étaient imposées par son sage souverain et aurait fait l’expérience des bienfaits qui découlent d’une vie passée sous son gouvernement jusqu’à ce qu’il ait maintenant jugé bon de la rendre égale à son fils. Ces personnes rehausseraient certainement de leur présence toute cour dont une des principales raisons d’agir serait la perfection et brilleraient avec beaucoup plus d’éclat que le joyau le plus riche de la couronne du prince.


.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:34
Les fidèles recevront le repos céleste

Nous avons donc ici cette partie de notre sujet à examiner maintenant: Dieu a en ré­serve un moment ou une période désignée par lui, où il amènera tous ses sujets qui ont obéi à sa voix et gardé ses commandements dans son repos céleste. Ce repos est d’une telle perfection et d’une telle gloire que l’homme a besoin de se préparer pour pouvoir, selon les lois de ce royaume, y entrer et jouir de ses bénédictions. Ceci étant, Dieu a donné à la famille humaine certaines lois qui suffisent, si elle les observe, à la préparer à hériter de ce repos. Nous en concluons que c’est pour cela que Dieu nous a donné ses lois; sinon pourquoi ou dans quel but ont-elles été données? Si la famille tout entière de l’homme s’en tirait aussi bien sans elles qu’avec elles, dans quel but ou avec quelle intention ont-elles jamais été données? Est-ce que Dieu vou­lait simplement montrer qu’il pouvait parler? Ce serait de la sottise que de croire qu’il condescendrait à parler pour rien: car ce serait en vain et absolument pour rien (si la loi de Dieu ne profitait en rien à l’homme): parce que tous les commandements contenus dans la loi du Seigneur s’accompagnent de la promesse certaine d’une ré­compense pour tous ceux qui obéissent, ceci parce que ce sont véritablement les promesses d’un Être qui ne peut pas mentir, de quelqu’un qui est amplement à même de réaliser chaque trait de lettre de sa parole: et si l’homme était aussi bien préparé, ou pouvait être aussi bien préparé à rencontrer Dieu sans qu’elles aient jamais été données, alors pourquoi l’ont-elles jamais été? Car assurément, dans ce cas, elles ne peuvent lui faire aucun bien maintenant.



L’homme s’est écarté du gouvernement du Seigneur 

Il est raisonnable de penser que l’homme s’est écarté des premiers enseignements ou instructions qu’il a reçus du ciel au cours du premier âge et a refusé par sa désobéissance de se laisser gouverner par eux. Par conséquent, il a créé les lois qui conve­naient le mieux à son désir, ou, comme il le pensait, étaient le mieux adaptées à sa si­tuation. Mais nous n’hésitons pas à croire que Dieu a influencé plus ou moins l’homme depuis ce temps-là dans la création de lois pour son profit; car, comme nous l’avons déjà noté, étant la source de tout ce qui est bon, il a influencé dans une me­sure plus ou moins grande toute loi juste et équitable. Et, bien que l’homme, dans la sagesse qu’il s’attribue, n’ait pas voulu reconnaître l’influence d’un pouvoir supé­rieur au sien, cependant dans des desseins sages et grands, pour le bien et le bonheur de sa création, Dieu a commandé à l’homme de créer des lois sages et saines, puisqu’il s’était écarté de lui et avait refusé de se laisser gouverner par les lois que Dieu avait données au commencement d’en haut, de sa propre voix. Mais en dépit de la transgression par laquelle l’homme s’était exclu de toute relation directe avec son Créateur, sans Médiateur, il apparaît que le grand et glorieux plan de sa rédemption avait été précédemment prévu, le sacrifice préparé, l’expiation accomplie dans le dessein de Dieu en la personne du Fils par l’entremise duquel l’homme devait main­tenant chercher à être accepté et qui était le seul, lui enseignait-on maintenant, à avoir les mérites par lesquels il pouvait trouver la rédemption depuis qu’avait été prononcé le décret: Tu retourneras à la poussière.


.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:34
La loi du sacrifice

Mais l’homme n’était pas à même de créer lui-même un système ou un plan qui au­rait suffisamment de pouvoir pour le libérer de la destruction qui l’attendait; ceci est évident puisque Dieu, comme nous l’avons déjà noté, a préparé un sacrifice, don­nant son propre Fils qui serait envoyé en temps voulu pour, selon sa propre sagesse, préparer un chemin ou ouvrir une porte par laquelle l’homme pourrait entrer en sa présence d’où il avait été chassé pour désobéissance. De temps en temps cette bonne nouvelle a été annoncée aux hommes à différentes époques du monde jusqu’au temps de la venue du Messie. C’est par la foi en cette expiation ou plan de rédemp­tion qu’Abel offrit à Dieu un sacrifice qui fut accepté, qui se composait des pre­miers-nés du troupeau. Caïn offrit d’entre les fruits de la terre et ne fut pas accepté, parce qu’il ne pouvait pas le faire avec la foi, il ne pouvait pas avoir la foi ou ne pou­vait exercer une foi contraire au plan du ciel. Il fallait l’expiation du sang du Fils uni­que pour expier pour l’homme, car tel était le plan de la rédemption, et sans l’effu­sion du sang il n’y avait pas de rémission, et comme le sacrifice avait été institué comme type, permettant à l’homme de discerner le grand sacrifice que Dieu avait préparé, en offrant un sacrifice contraire à celui-là, on ne pouvait exercer aucune foi, parce que la rédemption ne s’achetait pas de cette manière-là, ni le pouvoir de l’expiation institué selon cet ordre; par conséquent Caïn ne pouvait pas avoir la foi, et tout ce qui n’est pas de la foi est péché. Mais Abel offrit un sacrifice acceptable par lequel il fut déclaré juste, Dieu lui-même approuvant ses offrandes. Assurément l’effusion du sang d’un animal ne pourrait être profitable à personne s’il n’était fait par imitation, ou comme type, ou explication de ce qui allait être offert par le don de Dieu lui-même; et ceci devait être accompli avec l’espérance, par la foi dans le pou­voir de ce grand sacrifice pour la rémission des péchés. Mais quelque divergentes qu’aient pu être et que soient actuellement les opinions des hommes concernant la conduite d’Abel et la connaissance qu’il avait concernant l’expiation, il est évident pour nous qu’il avait été instruit plus complètement du plan que ce que nous en ré­vèle la Bible, car comment aurait-il pu offrir un sacrifice par la foi, espérant de Dieu la rémission de ses péchés par le pouvoir de la grande expiation sans avoir été précé­demment instruit de ce plan? Et en outre, s’il était accepté de Dieu, quelles étaient les autres ordonnances accomplies en plus de l’offrande des premiers-nés du trou­peau?



Le Seigneur parla à Abel

Paul dit dans sa lettre aux frères hébreux qu’Abel obtint d’être déclaré juste, Dieu approuvant ses offrandes. À qui Dieu déclara-t-il qu’il approuvait les offrandes d’Abel, était-ce à Paul? Nous avons très peu de choses, dans la première partie de la Bible, sur ce sujet important. Mais il y est dit qu’Abel lui-même obtint d’être déclaré juste. Ainsi donc Dieu lui parla certainement: en effet, il y est dit que Dieu parla avec lui; et s’il le fit, ne lui communiquerait-il pas, voyant qu’Abel était juste, le plan tout entier de l’Évangile? Et l’Évangile n’est-il pas la nouvelle de la rédemption? Com­ment Abel pouvait-il faire un sacrifice et espérer avec foi du Fils de Dieu la rémission de ses péchés sans comprendre l’Évangile? Le simple fait de verser le sang d’ani­maux ou d’offrir quoi que ce soit d’autre en sacrifice ne pourrait pas procurer la ré­mission des péchés, si ce n’était pas accompli avec la foi en quelque chose à venir; si­non l’offrande de Caïn aurait été aussi bonne que celle d’Abel. Et si la venue du Fils de Dieu fut enseignée à Abel, ses ordonnances ne lui furent-elles pas enseignées également? Nous reconnaissons tous que l’Évangile a des ordonnances, et s’il en est ainsi, n’a-t-il pas toujours eu des ordonnances et ses ordonnances n’ont-elles pas toujours été les mêmes?


.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:34
Les ordonnances de l’Évangile depuis le commencement


Nos amis diront peut-être que l’Évangile et ses ordonnances étaient inconnus jusqu’au temps de Jean, le fils de Zacharie, à l’époque d’Hérode. Mais nous allons examiner ici ce point de vue: pour notre propre part, nous ne pouvons croire que les anciens de toutes les époques aient été aussi ignorants du système du ciel que beau­coup le croient, puisque tous ceux qui ont jamais été sauvés l’ont été par le pouvoir de ce grand plan de rédemption tout aussi bien avant la venue du Christ que depuis; sinon Dieu a mis en application différents plans (qu’on nous pardonne de le dire ain­si), pour ramener les hommes demeurer avec lui; et cela nous ne pouvons le croire puisqu’il n’y a pas eu de changement dans la nature de l’homme depuis sa chute; et l’ordonnance ou la pratique d’offrir du sang en sacrifice n’était censée être accom­plie que jusqu’au moment où le Christ serait offert et aurait versé son sang — comme nous l’avons déjà dit — afin que l’homme puisse espérer ce moment-là avec foi. On remarquera que selon Paul (voir Gal. 3:8), l’Évangile fut prêché à Abraham. Nous aimerions que l’on nous dise au nom de qui l’Évangile fut prêché à ce moment-là, si c’était au nom du Christ ou au nom de quelqu’un d’autre. Si c’est au nom de quelqu’un d’autre, était-ce l’Évangile? Et si c’était l’Évangile et qu’il était prêché au nom du Christ, avait-il des ordonnances? Sinon, était-ce l’Évangile? Et s’il avait des ordonnances qu’étaient-elles? Nos amis diront peut-être qu’il n’y a jamais eu d’au­tres ordonnances que l’offrande de sacrifice avant la venue du Christ et qu’il n’y aurait de sacrifice avant la venue du Christ et qu’il n’aurait pas été possible que l’Évangile ait été appliqué alors que la loi des sacrifices sanglants était en vigueur. Mais on se souviendra qu’Abraham faisait des sacrifices, et malgré cela l’Évangile lui était prê­ché. L’offrande de sacrifices ne servait qu’à tourner l’esprit vers le Christ: c’est ce que nous déduisons de ces paroles remarquables de Jésus aux Juifs: «Abraham, vo­tre père, a tressailli de joie de ce qu’il verrait mon jour: il l’a vu, et il s’est réjoui» (Jean 8:56). Ainsi donc le fait que les anciens offraient des sacrifices ne les empê­chait pas d’entendre l’Évangile, mais cela servit, comme nous l’avons déjà dit, à leur ouvrir les yeux et à leur permettre d’espérer le moment de la venue du Sauveur et de se réjouir de sa rédemption. Nous constatons aussi que lorsque les Israélites sorti­rent d’Égypte, l’Évangile leur fut prêché, comme Paul l’affirme dans sa lettre aux Hébreux, qui dit: «Car cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu’à eux; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent» (voir Hé. 4:2). Il est encore dit dans Gal. 3:19 que la loi (de Moïse ou loi lévitique) fut «donnée ensuite» pour cause de transgression. À la suite de quoi, nous le demandons, cette loi fut-elle donnée si ce n’est pas à la suite de l’Évangile? Il doit être clair qu’elle fut donnée après l’Évangile, puisque nous apprenons que l’Évangile leur avait été prêché. Nous concluons de ces quelques éléments que chaque fois que le Seigneur s’est révélé aux hommes dans les temps anciens et leur a commandé de lui faire un sacrifice, ce fut fait afin qu’ils pussent espérer avec foi le moment de sa venue et être assurés que cette expia­tion avait le pouvoir de leur assurer la rémission de leurs péchés. Et ceci ils l’ont fait, des milliers de personnes qui nous ont précédés, dont les vêtements sont sans tache et qui, comme Job, attendent, avec une assurance semblable à la sienne, le moment où ils le verront au dernier jour sur la terre et ce, dans leur chair.

Nous pouvons en conclure que bien qu’il y ait eu différentes dispensations, néan­moins tout ce que Dieu a communiqué à son peuple visait à attirer son attention sur le grand but, et à lui apprendre à se reposer sur Dieu seul comme Auteur du salut contenu dans sa loi



Les bénédictions pour les fidèles: la résurrection

Il peut être bon que nous accordions ici notre attention à quelques-unes des nom­breuses bénédictions que nous promet cette loi du ciel comme récompense à ceux qui obéissent à ses enseignements. Dieu a fixé un jour où il jugera le monde, et il nous en a donné l’assurance en ressuscitant son Fils Jésus-Christ d’entre les morts, résurrection sur laquelle repose l’espérance de ceux qui croient au livre inspiré, pour leur bonheur et leur joie futurs; car «si Christ n’est pas ressuscité, dit Paul aux Corinthiens, votre foi est vaine, vous êtes encore dans vos péchés, et par conséquent aussi ceux qui sont morts en Christ sont perdus» (voir 1 Cor. 15). Si la résurrection d’entre les morts n’est pas quelque chose d’important, n’est pas un article de notre foi, nous devons confesser que nous n’y connaissons rien; car s’il n’y a pas de résur­rection d’entre les morts, alors le Christ n’est pas ressuscité; et si le Christ n’est pas ressuscité, il n’était pas le Fils de Dieu; et s’il n’était pas le Fils de Dieu, il n’y a pas ni ne peut y avoir de Fils de Dieu si le livre actuellement appelé les Écritures est vrai; car le temps est passé où, selon ce livre, il devait faire son apparition. Mais à ce pro­pos, nous nous rappelons les paroles de Pierre au sanhédrin juif, lorsqu’il parlait du Christ: il dit que Dieu l’a ressuscité des morts et nous (les apôtres) sommes témoins de ces choses, de même que le Saint-Esprit que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent (voir Actes 5). De sorte qu’après le témoignage des Écritures à ce sujet, l’assurance est donnée par le Saint-Esprit, rendant témoignage à ceux qui lui obéissent, que le Christ lui-même est assurément ressuscité d’entre les morts; et s’il est ressuscité d’entre les morts, il amènera par sa puissance tous les hommes à comparaître devant lui; car s’il est ressuscité d’entre les morts; les liens de la mort temporelle sont brisés de sorte que la tombe n’a pas de victoire. Ainsi donc si la tombe n’a pas de victoire, ceux qui gardent les paroles de Jésus et obéissent à ses enseignements ont non seu­lement la promesse de ressusciter d’entre les morts, mais l’assurance d’être admis dans son royaume glorieux, car il dit lui-même: «Là où je suis, là aussi sera mon ser­viteur» (voir Jean 12).


.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 10430
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Jeu 17 Oct - 3:34
Ceux qui persévèrent jusqu’à la fin

Les points suivants de la lettre de Paul à Timothée, écrite juste avant sa mort, mon­trent bien que ceux qui gardent les commandements du Seigneur et ceux qui suivent ses ordonnances jusqu’à la fin sont les seules personnes à qui il sera permis de pren­dre place à cette fête glorieuse. Il dit: «J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. Désormais la couronne de justice m’est réservée; le Sei­gneur, le juste juge, me la donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais en­core à tous ceux qui auront aimé son avènement.» Aucun de ceux qui croient aux Écritures ne mettra ne fût-ce qu’un instant en doute cette affirmation de Paul qui fut faite, comme il le savait, juste avant qu’il ne dût prendre congé du monde. Bien que, selon sa propre parole, il persécutât autrefois l’Église de Dieu et la ravageât, néan­moins après avoir embrassé la foi, il œuvra incessamment à diffuser la bonne nouvelle et, comme un soldat fidèle, lorsqu’il fut appelé à donner sa vie pour la cause qu’il avait adoptée, il la donna, comme il dit, avec l’assurance d’une couronne éter­nelle. Suivez les travaux de cet apôtre depuis le moment de sa conversion jusqu’au moment de sa mort, et vous aurez un bon exemple d’industrie et de patience à pro­mulguer l’Évangile du Christ. On se moquait de lui, on le fouettait et on le lapidait, mais dès l’instant où il échappait aux mains de ses persécuteurs, il proclamait avec plus de zèle que jamais la doctrine du Sauveur. Et tous peuvent savoir qu’il n’a pas embrassé la foi pour avoir des honneurs dans cette vie ni pour obtenir des biens ter­restres. Qu’est-ce qui pouvait donc l’inciter à entreprendre ce labeur? C’était, comme il le dit, pour obtenir cette couronne de justice de la main de Dieu. Personne, espérons-nous, ne doutera que Paul ait été fidèle jusqu’à la fin. Personne ne dira qu’il n’a pas gardé la foi, qu’il n’a pas combattu le bon combat, qu’il n’a pas prêché et persuadé jusqu’à la fin. Et que devait-il recevoir? Une couronne de justice. Et que recevront les autres qui ne travaillent pas fidèlement et ne continuent pas jusqu’à la fin? Nous leur laissons le soin de découvrir leurs propres promesses s’ils en ont; et s’ils en ont, nous en serons heureux pour eux, car le Seigneur dit que chacun recevra selon ses œuvres. Réfléchissez un instant, frères, et demandez-vous si vous vous considéreriez comme dignes d’avoir une place au festin des noces avec Paul et d’au­tres comme lui si vous aviez été infidèles? Si vous n’aviez pas combattu le bon com­bat et gardé la foi, pourriez-vous vous attendre à recevoir? Avez-vous la promesse de recevoir une couronne de justice de la main du Seigneur avec l’Église du Pre­mier-né? Il nous apparaît donc bien que Paul mettait son espérance dans le Christ parce qu’il avait gardé la foi et avait aimé son avènement, et il avait la promesse de recevoir de sa main une couronne de justice.



Une couronne pour les justes

Si les saints ne doivent pas régner, pourquoi les couronne-t-on? Dans une exhorta­tion du Seigneur à une certaine Église d’Asie qui fut édifiée à l’époque des apôtres, à qui il fit part en cette occasion de sa parole par son serviteur Jean, il dit: «Je viens bientôt. Retiens ce que tu as, afin que personne ne prenne ta couronne.» Et encore: «Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône» (voir Ap. 3). De plus, il est écrit: «Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. Quiconque a cette es­pérance en lui se purifiera, comme lui-même est pur» (1 Jean 3:2, 3). Comment se fait-il que ces apôtres d’autrefois disent tant de choses à propos de la venue du Christ? Il était certainement déjà venu; mais Paul dit: La couronne sera donnée à tous ceux qui auront aimé son avènement; et Jean dit: Lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. Pouvons-nous nous tromper sur un langage comme celui-ci? Ne faisons-nous pas violence à notre propre bon sens lorsque nous nions la seconde venue du Messie? Quand a-t-il pris le fruit de la vigne avec ses anciens apôtres dans le royaume de son Père comme il a promis, juste avant sa crucifixion, qu’il le ferait? Dans l’épître de Paul aux Philippiens (3:20, 21), il dit: «Mais notre cité à nous est dans les cieux, d’où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, qui transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable au corps de sa gloire, par le pouvoir qu’il a de s’assujettir toutes choses.» Nous trouvons une autre promesse aux personnes vivant dans l’Église de Sardes qui n’avaient pas souillé leurs vêtements: «Ils marcheront avec moi en vêtements blancs, parce qu’ils en sont dignes. Celui qui vaincra sera re­vêtu ainsi de vêtements blancs, et je n’effacerai point son nom du livre de vie, mais je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges.» Jean dit que le son qu’il entendit au ciel était un chant rendant grâce et gloire à Dieu, disant que l’Agneau était digne de prendre le livre et d’en ouvrir les sceaux; car il avait été immolé et il avait fait d’eux des rois et des prêtres pour Dieu; et ils régneraient sur la terre (voir Ap. 5). Au vingtième chapitre est spécifiée une durée au cours de laquelle Satan sera enfermé en son lieu propre, et les saints régneront en paix. Toutes ces promes­ses et ces bénédictions sont contenues dans la loi du Seigneur, et les justes en joui­ront. Et nous pourrions énumérer beaucoup d’autres passages où les mêmes pro­messes ou des promesses semblables sont faites aux fidèles, mais nous ne considé­rons pas qu’il est important de les reproduire ici, cette épître étant maintenant lon­gue; et nos frères les connaissent certainement toutes.


.
Contenu sponsorisé

La croyance des mormons - Page 3 Empty Re: La croyance des mormons

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum