Forum du Monde des Religions
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-28%
Le deal à ne pas rater :
Brandt LVE127J – Lave-vaisselle encastrable 12 couverts – L60cm
279.99 € 390.99 €
Voir le deal

Aller en bas
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 11142
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

L'enfer coranique et le "Saint" Coran Empty L'enfer coranique et le "Saint" Coran

Lun 23 Sep 2019 - 18:57
L'enfer coranique et le "Saint" Coran

Qu'est-ce que l'Enfer dans le Coran


Une description du feu de l’Enfer

En islam, l’Enfer est un endroit bien réel préparé par Allah pour ceux qui n’auront pas cru en Lui, qui se seront rebellés contre Ses lois et qui auront rejeté Ses messagers. 

Pour les musulmans, l’Enfer est un endroit réel et non un état d’esprit ni une entité spirituelle. Les horreurs, la douleur, l’angoisse extrême et le châtiment sont réels, mais de nature différente de ceux connus sur terre. L’Enfer est l’humiliation et l’échec ultimes, et rien n’est pire comme destination dernière :


Coran :
« Seigneur!  Celui que Tu fais entrer dans le Feu, Tu l’as vraiment déshonoré. Et les injustes ne seront point secourus. » (Coran 3:192)
« Ne savent-ils pas qu’en vérité, quiconque s’oppose à Allah et à Son messager aura le feu de l’Enfer pour y demeurer éternellement?  Et voilà le suprême opprobre. » (Coran 9:63)



Les noms donnés à l’Enfer :
L’Enfer porte différents noms dans les textes islamiques. Chacun fait référence à une de ses caractéristiques. En voici quelques-uns :
Jahim – feu – à cause de son feu ardent.
Jahannam – Enfer – à cause de la profondeur de son gouffre .
Ladthaa – feu flamboyant – à cause de ses flammes.
Sa’ir – flamme ardente - car il est allumé et il brûle.
Saqar – à cause de l’intensité de sa chaleur.
Hatamah – fragments ou débris - parce qu’il brise et écrase tout ce qui y est jeté.
Haawiyah – gouffre ou abîme - car celui qui y est jeté l’est du haut vers le bas.


Le Paradis et l’Enfer existent en ce moment même et ils sont éternels

L’Enfer existe en ce moment même et continuera d’exister éternellement. Il ne mourra jamais et ses habitants y demeureront pour toujours. Selon la croyance islamique traditionnelle, personne ne sortira de l’Enfer à l’exception des croyants qui, bien qu’ayant commis des péchés, auront cru à l’unicité d'Allah en cette vie et au prophète qu'Allah leur aura envoyé. Les polythéistes et les mécréants, eux, y demeureront pour l’éternité.  Il s’agit d’un point de vue soutenu depuis les débuts de l’islam, fondé sur des versets coraniques clairs et sur les comptes rendus authentifiés des paroles du prophète de l’islam. Le Coran parle de l’Enfer au passé et affirme qu’il a déjà été créé :

« Craignez le Feu préparé pour les mécréants. »  (Coran 3:131)

Le prophète de l’islam a dit :
“Quand quelqu'un meurt, sa future résidence lui est exposée matin et soir. S'il est destiné à être en Enfer, il verra sa demeure infernale en face de lui. S'il a la faveur d'être destiné au Paradis, il verra son séjour dans sa tombe. Il sera dit à chacun d'eux: - « Regarde ta future résidence en attendant le Jour de la Résurrection. » (Sahih Al-Boukhari, Sahih Mouslim)

Dans une autre narration, il a dit :
« L’âme du croyant est un oiseau qui perche sur les arbres du Paradis jusqu’au jour où Allah la réintégrera dans son corps, au jour de la Résurrection. » (Mouwatta Malik)


Il est clair, à la lumière de ces textes, que l’Enfer et le Paradis existent bel et bien et que des âmes peuvent y entrer avant même le jour de la Résurrection. Au sujet du caractère éternel de l’Enfer, Dieu dit :
« Ils voudront sortir du Feu, mais ils n’en sortiront pas.  Et il y aura, pour eux, un châtiment permanent. » (Coran 5:37)

« … et ils ne pourront pas sortir du Feu. » (Coran 2:167)

« Ceux qui ne croient pas et commettent des injustices, Allah ne leur pardonnera jamais ni ne les guidera sur une voie autre que celle de l’Enfer, dans lequel ils demeureront éternellement. » (Coran 4:168-169)

« Allah a maudit les mécréants et leur a préparé un brasier ardent dans lequel ils demeureront éternellement… » (Coran 33:64)

« Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager aura le feu de l’Enfer comme séjour éternel. » (Coran 72:23)


Les gardiens de l’Enfer :
De puissants et sévères gardiens qui jamais ne désobéissent à Allah se tiennent au-dessus de l’Enfer. Ils exécutent tous les ordres qu’ils reçoivent.  Allah dit :

« Ô vous qui croyez!  Préservez-vous, ainsi que vos familles, d’un Feu dont le combustible est composé d’hommes et de pierres, gardé par des anges durs et sévères qui ne désobéissent jamais à Dieu en ce qu’Il leur commande et qui font (strictement) tout ce qui  leur est ordonné. » (Coran 66:6)

Comme Allah le dit dans le Coran, il y a dix-neuf gardiens de l’Enfer :
« Je le lancerai dans le feu intense de Saqar.  Et qui te dira ce qu’est Saqar ?  Il ne laisse rien et n’épargne rien ; il brûle la peau et la noircit.  Ils sont dix-neuf [anges] (à veiller dessus). »  (Coran 74:26:30)

Ces anges sont appelés les gardiens de l’Enfer par Dieu, dans le Coran :
« Et ceux qui seront dans le Feu diront aux gardiens de l’Enfer : « Implorez votre Seigneur de nous écourter fut-ce d’un jour notre tourment! » (Coran 40:49)

Tel que mentionné dans le Coran, le nom du principal ange gardien de l’Enfer est Malik :
« Quant aux coupables, ils demeureront éternellement dans le châtiment de l’Enfer, qui ne leur sera jamais diminué, et où ils seront voués au désespoir.  Nous ne les avons point lésés : ils se sont plutôt fait du tort à eux-mêmes.  Et ils crieront : « Ô Malik !  Que ton Seigneur nous achève ! »  Mais il dira: « Vous êtes ici à jamais. »  Certes, Nous vous avons apporté la vérité; mais la plupart d’entre vous détestent la vérité. » (Coran 43:74-78)



«Tous les musulmans passent par l'enfer» (la vérité cachée de l'islam)



Selon l'islam, presque toutes les musulmanes brûleront en enfer (mais les houris du paradis les remplaceront) : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
:enfer:


Note. Dans la Bible, l'enfer de feu où brûlent des gens en hurlant éternellement, alors qu'ils n'auraient vécu que 70 ou  80 ans, n'existe pas !  [size=122Adam est retourné à la poussière. Point final.[/size]


.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 11142
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

L'enfer coranique et le "Saint" Coran Empty Re: L'enfer coranique et le "Saint" Coran

Lun 23 Sep 2019 - 18:59
La majorité des habitants de l'enfer sont des femmes

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

L'imam Al-Bukhari (1/583) a dit : [...] Ibn 'Abbas rapporte du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- qu'il a dit :
« Allah m'a montré l'enfer et j'ai vu que la majorité de ses habitants était des femmes, car elles renient »

On demanda : « Car elles renient Allah ? »

Il répondit : « [Non mais] parce qu'elles renient les bienfaits de leurs époux et les faveurs qu'ils leur font. Tu peux être bienfaisant envers une femme toute ta vie. Il suffit que tu la contraries une fois pour qu'elle dise « Tu n'as jamais été bienfaisant envers moi ».

Le reniement mentionné dans ce hadith ne désigne pas la mécréance majeure mais mineur, voir Al Fath (1/83)

L'imam Al-Bukhari (1/583) a dit : « [...] Usamah rapporte du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- qu'il a dit :
« Je me suis posté à la porte du Paradis et j'ai vu que la majorité de ceux qui y entraient étaient des pauvres.
Quant aux personnes opulentes, elles furent empêchées d'entre [et devaient attendre que tous les pauvres s'y introduisent].
Lorsque les gens de l'enfer furent jetés dans le feu, je vis que la majorité d'entre eux étaient des femmes. » 
Rapporté aussi par Muslim (4/2236)



L'imam Al-Bukhari (1/583) a dit : [...] Imran rapporte du Prophèt -sal Allahou 'alayhi wa salam- : [...] qu'il a dit :
« j'ai regardé le paradis et j'ai vu que la majorité de ses habitants étaient les pauvres. J'ai ensuite regardé l'enfer et j'ai vu que la majorité de ses habitants étaient les femmes. »
Rapporté également par Muslim (1/2096)


L'Imam Muslim (4/2097) a dit : [...]  Abu At-Tayyah rapporte que Mutarraf ibn 'Abd Allah avait deux femmes.
Revenant de chez l'une d'elles, l'autre lui demanda : « Tu viens de chez unetelle ? »
Il répondit : « Je viens de chez Imran Ibn Husayn. »
Il nous enseigna ensuite que le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- a dit : « Les femmes sont la population la moins représentée au paradis. »


L'imam Ahmad a dit : [...] Amarah Ibn Khuzaymah Ibn Thabit a dit :
« Nous étions avec Amr Ibn Al-As lord d'un pèlerinage ou d'une Umrah.
Quand nous arrivâmes à Marr Adh-Dharan (lieu proche de la Mecque) nous vîmes une femme dans son palanquin.
Elle posa sa main sur un côté du palanquin et il pencha.
Amr se dirigea alors vers une vallée et nous le suivîmes.

Il nous dit alors : « Nous étions avec le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- en ce lieu même, et c'est alors que nous vîmes une flopée de corbeaux.
Il y avait parmi eux un seul corbeau dont les ailes, les pattes et le bec étaient blancs.

Le Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam- dit alors : « Les femmes entrant au paradis sont aussi rares que ce corbeau parmi tous ses congénères. »
Ce hadith est aussi rapporté par Al-Hâkim dans Al-Mustadrak (6/602 ).
Celui-ci a d'ailleurs affirmé que l'authenticité de ce hadith répondait aux conditions émises par Muslim ; bien qu'Al-Bukhari et Muslim ne l'aient pas mentionné dans leurs recueils respectifs.

Concernant le propos du Prophète -sal Allahou 'alayhi wa salam-: « Les femmes entrant au paradis sont aussi rares que ... », il s'agit là des femmes de ce bas monde.

C'est à cause de leurs méfaits que les femmes représentent la majorité des habitants de l'enfer car (traduction rapprochée) :
[Ton Seigneur ne fait jamais de tort à personne] (Sourate Al Kahf , Verset 49)
Nous devons donc nous exercer à nous soumettre à la loi de notre Seigneur.
Si les femmes préfèrent rester ignorantes, nous ne devons pas le rester.
Si elles désobéissent à Allah, nous ne devons pas Lui désobéir.
Ne soyons pas trompés par les femmes prétentieuses qui se sont rebellées contre la loi d'Allah.


En effet, Allah dit (traductions rapprochées) :                                                                                              
[Et si tu Obéis à la majorité de ceux qui sont sur la terre, ils t'égareront du sentier d'Allah : ils ne suivent que la conjecture et ne font que fabriquer des mensonges.] (Sourate Al An'am , Verset 116)

[Et la plupart des gens ne sont pas croyants malgré ton désir ardent] (Sourate Yusuf , Verset 103)

[Peu de mes serviteurs sont reconnaissant] (Sourate Saba, Verset 13)

Si tu veux atteindre l'honneur dans ce bas monde et dans l'au-delà, gagner le paradis et être sauvée de l'enfer : obéis alors aux ordres d'Allah et délaisse Ses interdits, cramponne-toi au Coran et à la Sunnah conformément à la compréhension des pieux prédécesseurs.


En effet, Allah dit (traduction rapprochée) :
[Et ceux qui se conforment au Livre et accomplissent la salât [en vérité] Nous ne dissipions pas la récompense de ceux qui s'amendent] (Sourate Al-A'raf, Verset 170)


"Les cris effrayants des gens de l'enfer au centre de la terre " Partie 1



Les cris effrayants des gens sous terre Partie 2



.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 11142
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

L'enfer coranique et le "Saint" Coran Empty Re: L'enfer coranique et le "Saint" Coran

Lun 23 Sep 2019 - 19:00
Aucune contradiction dans le Coran ?


Aucune contradiction dans le Coran ! En effet, les quelques apparentes contradictions entre les 6226 versets contenus dans 114 sourates classées par longueur décroissante n'ont aucune contradiction ne pouvant aisément s'expliquer : le calife Othman détruisit tous les supports d'origine contenant les révélations. Et le groupe de travail auquel il confia la tâche de recopier les versets fit un travail de sélection remarquable». Qui pourrait prétendre le contraire puisque tout le contraire fut détruit par le feu ?! 


><> Les Contradictions du Coran et des Hadiths <><>


Le Coran ne contient, en fait, rien de nouveau, aucune révélation, rien qui n'ait été littéralement pris ou très clairement inspiré d'autres textes, dogmes, ou superstitions connues à l'époque de (par) Mahomet. Et ces contradictions sont en réalité dans toutes les pages du Coran : des contradictions dues parfois à une incompréhension des écritures ; des retranscriptions erronées, détournées et falsifiées, souvent intentionnellement, d'autres récits contenant eux aussi des falsifications

Avec l'Islam, on n'est plus à l'école, les sanctions prévues contre les reproches ou critiques à l'encontre du Coran parsèment ce livre de la première à la dernière page, et elles sont sans ambiguïté: la mort, l'enfer, les flammes... Un autre excellent moyen de couper court à toute critique ... 

Contradictions avec la Bible
La Bible fut écrite bien avant le Coran ; vu que les révélations de "Mahomet" prétendent confirmer et continuer le message biblique ("les religions du livre") ; vu qu'il est indéniable que "Mahomet" prétend relater l'histoire officielle, biblique, du peuple Juif, que signifient donc les nombreuses contradictions entre les récits des mêmes événement que relate le Coran, et les mêmes que relatait déjà la Bible ? Bible dont la rédaction précéda le Coran d'un bon millier d'années (pour l'Ancien Testament)  

On répète déjà notre sentence des contradictions du Coran : des contradictions dues à l'incompréhension des écritures bibliques qu'il prétend retranscrire, à des retranscriptions erronées, détournées et modifiées de récits plus anciens Et parfois aussi, des récits inspirés d'évangiles apocryphes.

Noé et le déluge
Bible : elle rapporte que les trois fils de Noé entrèrent dans l'Arche et furent sauvés du déluge (Genèse 7:7). 
Coran, sourate 11:42-43 : il rapporte que l'un des fils de Noé refusa d'entrer dans l'arche et se noya.

Bible, Genèse 8:4 : l'arche se pose au sommet du Mont Ararat.
Coran, sourate 11:44 : elle se pose au sommet du Mont Joudi.


Abraham
Bible, Genèse 11:26 : le père d'Abraham est Térah. 
Coran, Sourate 6:74 : son père se prénomme Azar.

Bible : elle donne 8 fils à Abraham. 
Coran : il ne lui en donne que 2.

Bible, Genèse 13:18 : Abraham vécut à Hébron.
Coran, Sourate 14:37 : il vécut dans la vallée de La Mecque.

Bible, Genèse 22 : Abraham doit sacrifier son fils Isaac.
Coran, Sourate 37:100/109 : c'est Ismaël qu'il veut sacrifier

Bible : elle donne 3 épouses à Abraham. 
Coran : il lui donne 2 épouses "seulement".


Moïse
Bible, Esther 3:1 : Haman vécut en Perse, du temps du roi Assuérus.
Coran, Sourate 28:4-6 : il vécut en Égypte, du temps de Moïse.

Bible, Exode 2:5 : la fille de Pharaon trouva et adopta Moïse. 
Coran, Sourate 28:9 : c'est sa femme qui l'adopta...

Les historiens auraient pu trouver un compromis remarquable car les pharaons épousaient parfois leurs sœurs, mais vu qu'il s'agit ici de sa fille et non de sa sœur..


Nouveau Testament
Bible, Nombres 26:59 : Aaron vécut 1300 ans avant Marie.
Coran, Sourate 19:28 : le frère de Marie s'appelait Aaron. Mais Aaron est aussi le nom du frère de Moïse (Sourate 19:53)...

Bible, Luc 2:7 : lieux de naissance pour Jésus, dans une étable à Bethléem. 
Coran, Sourate 19:23 : Jésus (Issa) naît sous un palmier...

Bible : à part quelques récits très succincts, les 4 évangiles canoniques ne rapportent pas grand-chose sur l'enfance de Jésus. Mais les évangiles apocryphes sont très croustillants à ce sujet.
Coran, Sourate 3:45-49; 19:24-33 : Jésus parla dans son berceau et fit des miracles quand il était enfant.

Bible, Luc 1:20 : Zacharie resta muet jusqu'à la naissance de l'enfant Jésus, soit pendant près de 9 mois. 

Coran, Sourate 19:10 : Zacharie resta muet pendant trois jours seulement.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 11142
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

L'enfer coranique et le "Saint" Coran Empty Re: L'enfer coranique et le "Saint" Coran

Lun 23 Sep 2019 - 19:02
.

Pages du Coran qui se trouve à Paris (ref : 328) et qui daterait de 637.

fragment de la Bibliothèque Nationale de France.

Une insertion de deux versets a été réalisée sur ce Coran, dans la sourate 7.
Cette insertion est vérifiable sur ce manuscrit.

L'insertion se trouve au bas d'une page (dite 70) et est faite de
- la moitié du verset 24
- la totalité du verset 25.
On a besoin aussi, pour l'analyse complète, de la page suivante (dite 71)



L'histoire d'Adam et Ève chassés du paradis.




Pages 70 (bas) suivie de puis 71 (haut)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

7:19. Ô Adam! Habite le jardin, toi et ton épouse, et mangez d'où vous voulez. Mais n'approchez pas cet arbre, sinon, vous seriez au nombre des oppresseurs.

7:20. Puis le satan, afin de leur faire paraître ce qui leur était caché de leurs [parties] honteuses, leur susurra, disant: "Votre Seigneur ne vous a interdit cet arbre que [pour vous empêcher] d'être des anges ou des éternels!

7:21. Il leur a juré "Je suis un conseiller pour vous"

7:22. Alors il leur tendit [un piège] par la tromperie.Lorsqu'ils eurent goûtéR2 de l'arbre, leurs [parties] honteuses leur apparurent, et ils se mirent à les couvrir avec des feuilles du jardin. Leur Seigneur les a interpellés: "Ne vous avais-je pas interdit cet arbre-là ? Et ne vous avais-je pas ditque le satan est pour vous un ennemi manifeste?"

7:23. Tous deux dirent: "Notre Seigneur! Nous nous sommes opprimés nous-mêmes. Si tu ne nous pardonnes pas et n'as pas miséricorde envers nous, nous serons au nombre des perdants".

7:24. [Allah] dit: "Descendez [du jardin], ennemis les uns des autresVous aurez sur terre un lieu fixe et une jouissance pour un moment".
7:25. [Allah] dit: "Vous y vivrez, vous y mourrez, et l'on vous en fera sortir"

7:26. Ô fils d'Adam! Nous avons descendu sur vous un vêtement pour cacher vos [parties] honteuses, ainsi que des plumes.T1 Mais le vêtement de la crainte [d'Allah] voilà qui est meilleur! Voilà un des signes d'Allah! Peut-être se rappelleront-ils!

7:27. Ô fils d'Adam! Que le satan ne vous éprouve pas, comme il a fait sortir du jardin vos père et mère, leur arrachant leur vêtement pour leur faire voir leurs [parties] honteuses. Il vous voit, lui et son groupe, d'où vous ne les voyez pas. Nous avons fait des satans des alliés à ceux qui ne croient
pas.

Le coran n'avait pas la fin du versets 24 ni le verset 25 s

Page 70 entière
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Page 71 entière:
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 11142
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

L'enfer coranique et le "Saint" Coran Empty Re: L'enfer coranique et le "Saint" Coran

Lun 23 Sep 2019 - 19:03
Le Coran expliqué aux mécréants 



Une conférence de Sami Hossam enregistré le 16 janvier 2014 au Centre humaniste de Montréal



Le [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] n'est pas imprimé en ordre [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], mais disposé, en résumé, selon la longueur des [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] (chapitres), de la plus longue vers la plus courte.
Les listes qui suivent donnent l'ordre chronologique des révélations du Coran

Lien : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 11142
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

L'enfer coranique et le "Saint" Coran Empty Re: L'enfer coranique et le "Saint" Coran

Lun 23 Sep 2019 - 19:04
Un Coran unique et incréé 


Histoire de la Fabrication-Falsification du Coran par les Califes : la preuve par les manuscrits de Sanaa.

Les néo-musulmans, depuis "Ahmed Deedat", aiment à dire que la Bible est falsifiée sans toutefois chercher vraiment à savoir si cela est vrai ou non, et surtout sans jamais le démontrer, ni le prouver.

Le problème, c'est que cette histoire de Coran unique et incréé tombe en ruine avec les nouvelles découvertes.

Tariq RAMADAN attaque le CORAN dans un documentaire anglais 


EXCLU : Tariq RAMADAN attaque le CORAN dans un documentaire anglais sur l'islam
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Soyons très précis, prenons, dans cette vidéo, juste le cas des houris évoquées de nombreuses fois dans le Coran, et de façon très concrète, par exemple en disant qu'elles seront vierges car "ni un homme ni un djinn ne les aura touchées auparavant" [55:74]. Toute la sunnah a pris cela au pied de la lettre, et d'ailleurs l'imam à 13:09 est intraitable sur ce point. Il a raison.

Que va dire Tariq Ramadan ? Tout le contraire de l'imam. 13:29 : "Je crois que nous comprenons tous que c'est symbolique, que nous devons aller au-delà des images. Vous savez, on ne nous demande pas de considérer cela de façon littérale : "ça, c'est ça". On ne sait pas." Autrement dit, les houris n'existeraient pas réellement, ce serait juste le symbole du plaisir au ciel.


Maintenant, dites-moi quelle école de jurisprudence défend ce genre de position ? Je note d'ailleurs que Tariq Ramadan se garde bien de partager ses "audaces" interprétatives devant un parterre de musulmans. Et il y aurait encore beaucoup d'autres choses à dire.


Ce qui m'a intéressé dans cette vidéo, ce n'est pas la contestation de l'existence des 72 houris, mais de voir que Tariq Ramadan demande aux musulmans de lire le Coran de la façon dont les chrétiens lisent la Bible (par exemple, l'eau du Paradis est symbole de l'Esprit Saint -- Christ lui-même fit cette comparaison). Le problème, c'est que le Coran et la Bible ne sont pas similaires, comme le rappelait l'imam : l'un est dit dicté par Dieu ; l'autre est dite inspirée par l'Esprit Saint.


D'où les 3 questions que j'aimerais poser à Tariq Ramadan :

- croit-il que le Coran a été dicté par Dieu ou simplement inspiré par Lui ?
- pourquoi le discours qu'il tient dans la vidéo ne le tient-il pas ailleurs, devant des musulmans ? Par exemple, ici, il s'en tient à une vision très traditionnelle : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


- En proposant cette façon de lire, n'innove-t-il pas ? D'ailleurs, son interprétation du paradis me semble en rupture avec tous les commentateurs de référence (Ibn Kathir, Al-Tirmidhi...) qui l'ont précédé.

Tariq Ramadan sur les Journées de retrait de l'école (JRE) et le gender (article Wikipedia)


Le 17 avril 2014, dans l'émission Bourdin Direct, diffusée simultanément sur BFM TV et RMC, Tariq Ramadan déclare : « Oui, moi je suis absolument contre cette façon de faire [des JRE], je pense que ça ne résout rien, je pense que la question du genre il faut la poser. [...] J'ai entendu même qu'au nom de ce qui se passe à l'école, on retire les enfants. Mais non ! [...] Aujourd'hui, sur la question du genre, quand [à] moi, on me pose cette question-là, je dis : "mais même du point de vue de la référence musulmane, de toutes les références religieuses d'ailleurs (chrétiennes, juives...), qu'est-ce qu'on dit ? On dit : il y a des différences dans l'essence, dans la biologie, et puis il y a des constructions qui sont des constructions culturelles. Aujourd'hui, en tant que musulman, j'ai un vrai problème, moi, avec la construction culturelle des sociétés patriarcales qui font de ma religion une lecture plus patriarcale qu'effectivement islamique. »48.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 11142
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

L'enfer coranique et le "Saint" Coran Empty Re: L'enfer coranique et le "Saint" Coran

Lun 23 Sep 2019 - 19:05
.

"Le calife Uthman" a brûlé 31 versions différentes des Corans qui tournés à l'époque !. 

Sous le califat de `Uthman, troisième calife (644 - 656), le territoire musulman s'est considérablement agrandi et de nouveaux problèmes surgissent : quatre types de divergences apparaissent à propos du texte du Coran. Le calife Uthman décide alors d'officialiser un type unique d'écriture du texte coranique et d'établir une classification unique des sourates les unes par rapport aux autres. 

C'est à cette fin qu'il charge une commission de préparer plusieurs copies (mus'haf) du Coran. Et cela se passait en l'an 25 de l'hégire, soit quinze ans après la mort du Prophète. Ces copies préparées, `Uthman les fait envoyer en différents points importants du territoire musulman. 

Tous ces éléments sont rapportés par Al-Bukhârî, no 4 702. Les copies du Coran écrites de nos jours suivraient toujours mot pour mot et lettre pour lettre cette écriture des copies d'Uthman, écriture nommée « ar-rasm al-uthmanî ». Quelques-unes de ces copies existeraient encore aujourd'hui, l'une se trouverait à Istanbul (Turquie), l'autre à Tachkent (Ouzbékistan).

Après avoir envoyé ces copies dans chaque région, `Uthman fit détruire toutes les copies précédentes, dont celle d'Ali, gendre de Mahomet, celle d'Ubai b. Ka'b ainsi que celle d'Ibn Mas`ud. Bien que ce dernier ait refusé de détruire sa copie de son vivant, elle fut brûlée par la suite.

Le Kallif othman ibn afan a brûlé toutes les 31 versions du coran pour garder sa version qui circule aujourd'hui, c’est pourquoi il y a un seul coran.

Mais on trouve quelques versions qui circulent toujours comme : 
1)Coran version Hafess en Égypte
2)Coran version Warche au Maroc
3)Coran version Kaloun en Tunisie


Ref:
Dairat el maaref el islamiya, livre 26 page 8177 à 8194
Al masahef de Iben Daoud al Cijistani page 21
Fehrest de Iben al nadim
Le plus grand auteur arabe Dr Taha Houssen dans son livre al fetna al koubra partie 1 page 160 a 183 a critiqué l'islam
Al Tabari


Le Coran d'Othman ou de Mohammed ? 
Voici une liste de corans qui ont été brûlé par Othman.
Le Coran d'Abdullah Bin Amre Ibn Al-Ass
le Coran d'Abdullah Ibn Abbas
le Coran d'Abdullah Ibn Al Zoubir
le Coran d'Abe Baker Al Sedeek
le Coran d"Abe Mosa Al Asharee
le Coran de Abu Zaied
le Coran d' Aïcha,
le Coran d'Akrama
le Coran d'Al Asoad Ibn Yazid 
le Coran d'Al Hajaj Ibn Yousef Al Thakafy
le Coran d'Anes Bin Malek
le Coran d'Ata' Abe Rabeh
le Coran d'Hafsa
le Coran de Moaaz Bin Gabel
le Coran de Moujahid
le Coran de Muhammad Bin Abe Mosa.
le Coran d'Obaid Bin Omeir Al-Laithy.
le Coran d'Othman Ibn Affan
le Coran de Qualown /Abu Mosa Ibn Mina
le Coran de Saeed Bin Gabber 
le Coran de Salem Maola Abe Hozaifa
le Coran de Suleiman Ibn Mahran
le Coran de Talha
le Coran de Waresh
le Coran de Zaied Ibn Thabet
etc...

De toutes ces anciennes versions du Coran qui ont été détruites, seuls deux manuscripts ont survécu jusqu'à notre époque : le Codex de Samarcande (daté de 654) conservé au musée Doktary à Istamboul et le Codex de Londres (daté de 772) conservé au British Museum. Chacun contient environ 750 divergences par rapport au Coran actuel (on remarque que c'est souvent le Coran actuel qui semble avoir ajouté des mots ou des phrases au texte primitif).

Al Tabry, au 10ème siècle, l'avouait carément : "Le texte du coran n’était pas fixé à mon époque." 


Et l'Imam Ja'far, pour résumer la situation, allait plus loin encore : "Le véritable Coran n'existe pas !"

Selon As-Suyuti (mort en 1505) Ibn ’Umar al Khattab aurait dit : "Que personne d’entre vous ne dise qu’il a acquis le Coran entier, car qu’en sait-il ? Beaucoup du Coran a été perdu ! Alors qu’il dise : J’ai acquis ce qui était disponible. "
(As-Suyuti, Itqan, partie 3, page 72). 

Jabir a rapporté que l'Imam Bar a dit : "Personne ne peut affirmer avoir rassemblé tout le Coran tel qu'il a été révélé par Allah, si ce n'est un menteur ! Le Prophète dit alors : c'est ainsi que le démon m'a envoyé ses deux serviteurs à l'instant Abu Bakr et Omar". (Commentaire de bas de page de la traduction de Maqbool : Sourate "Hajj": 674)


Un grand nombre d'exemple de modification du Coran. En voici un

L’Imâm Al-Bukhârî et Ibn Jarîr disent que, selon Ubayy Ibn Ka`b et Anas b. Malik, ces paroles ont été révélées dans la Sourate 102 "At-Takâthur" (La course aux richesses) : "Le Prophète (paix et bénédiction d’Allâh sur lui) a dit : 'Si le fils d’Adam avait deux vallées de richesses, il souhaiterait que lui en fût échue une troisième. Rien ne peut remplir le ventre du fils d'Adam sauf la terre (= la mort), mais Allah revient vers celui qui revient à Lui' ...". 

-----> Pourtant on ne retrouve plus ce passage dans la sourate 102 (qui ne contient que 8 versets) du coran actuel. Il a donc été enlevé.

 Ne devez rien à personne, sinon de vous aimer les uns les autres ; car celui qui aime son semblable a accompli [la] loi.

.
Arlitto
Arlitto
Admin
Admin
Messages : 11142
Date d'inscription : 18/09/2019
http://arlitto.forumprod.com/

L'enfer coranique et le "Saint" Coran Empty Re: L'enfer coranique et le "Saint" Coran

Lun 23 Sep 2019 - 19:06
Coran créé ou incréé


Ce fut à Bagdad, dans la première moitié du IXe siècle, qu’éclata la controverse autour de la nature du Coran : était-il créé ou incréé ?


Du questionnement sur l’histoire du texte, le problème se déplaçait et abordait le domaine spéculatif à partir de notions philosophico-théologiques. C’était le temps où le calife abbasside Ma’moun, à Bagdad, donnait une impulsion vigoureuse à la grande bibliothèque impériale appelée Maison de la Sagesse. Cette institution rassemblait surtout des ouvrages de philosophie et de sciences hérités de l’Antiquité grecque, persane ou indienne, qui avaient été traduits en arabe par des voies diverses, et elle était ouverte à l’élite intellectuelle et aux savants.

Ce fut dans ce contexte intellectuel marqué par le développement des sciences dites « rationnelles » (philosophie, médecine, astronomie, etc.) que se développa le courant appelé « mu’tazilite ». Le discours mu’tazilite, utilisant les concepts philosophiques ambiants, les mettait au service d’une apologétique religieuse dirigée non seulement contre les adversaires extérieurs de l’islam, mais encore contre différents courants propres au monde intellectuel et politique musulman.

Opposant l’exercice de la raison individuelle à la soumission à des traditions orales transmises et comprises littéralement, les mu’tazilites méprisaient les traditionnistes, qu’ils qualifiaient de discoureurs oiseux. Tout cela s’accordait avec l’intérêt éprouvé par le calife Ma’moun pour les sciences nouvelles, et avec sa politique générale en tant que prince soucieux de défendre l’unité de son empire contre les mouvements centrifuges, et d’en conforter les bases religieuses, dont il se voulait, en tant que calife, le seul garant.

Les mu’tazilites défendaient la thèse selon laquelle le Coran était créé par Dieu, et non éternel comme lui.

La controverse était liée au problème des attributs de Dieu (sa parole, sa science, sa puissance, etc.) et à la question de savoir si ces attributs sont de véritables substances, des entités éternelles, comme Dieu lui-même, ou de simples qualifications que l’on ne pouvait ni dissocier de lui, ni envisager de façon anthropomorphique. Selon les mu’tazilites, attribuer à Dieu une parole éternelle, c’est postuler un éternel à côté et distinct de lui, et donc se rendre coupable de lui associer un autre être, alors que le premier principe à défendre est celui de l’unicité absolue de Dieu, affirmée contre la conception d’une sorte de Logos hypostasié distinct de Dieu. Dieu est « parlant », il produit, donc crée sa parole. À plus forte raison le Coran, simple substrat matériel, lettres mises en ordre, et sons fragmentés, selon leur expression, est-il le résultat d’une création, et n’a pas l’attribut de l’éternité.

Les traditionnistes, qui n’ignoraient pas les enjeux intellectuels et religieux de ce langage, évoluaient dans un univers mental radicalement différent de celui des sciences rationnelles étrangères et intruses, comme ils les qualifieront. Nous ne voulons savoir rien d’autre que ce que "Allâh" lui-même a dit dans son Livre, et, à sa suite, les Saints Anciens, répliquaient-ils donc : le Coran est littéralement Parole d'Allâh. Il est donc éternel, et incréé ; et, ajoutaient les plus ardents, est incréé même ce qui se trouve écrit entre les deux plats de la couverture du livre, c’est-à-dire les exemplaires écrits du Coran, avec les lettres, l’encre et le papier. Même la récitation quotidienne du texte par les croyants n’est pas distincte de la parole d'Allâh éternelle et incréée. Chose curieuse, c’étaient les traditionnistes qui, en somme, postulaient l’existence d’une sorte de Logos éternel auprès de Dieu, le Coran.

Le dogme du Coran incréé reçut sa consécration califale officielle et définitive au début du XIe siècle,


En 1018, Le calife abbasside Qadir (991-1031) fit donner solennellement, dans son palais à Bagdad, lecture d’un manifeste, la Qadiriyya, dans lequel il définissait, en face des différents courants qui se partageaient la communauté islamique, le credo officiel de l’État tel qu’Ibn Hanbal l’avait exprimé. La doctrine du Coran créé y était à nouveau condamnée en même temps que le mu’tazilisme et le chiisme, ainsi que la théologie dogmatique, même sous la forme du compromis doctrinal que lui avait donné Ach’ari. La lecture de ce manifeste fut réitérée non moins solennellement en 1042 par son successeur le calife Qa’im (1031-1075).

Deux univers séparés 
Y eut-il, à l’époque de la controverse, d’un côté chez les transmetteurs de traditions sur l’histoire du texte coranique, et, de l’autre, chez les théologiens spéculatifs traitant de la nature du Coran, un rapport explicite ou implicite entre les deux ordres de questionnement ?

Du côté des théologiens spéculatifs, on peut remarquer que les mu’tazilites, tout en voulant tenir un discours rationnel en affirmant que le Coran écrit n’est qu’un substrat matériel créé par "Allâh", ne font jamais allusion, dans leurs discussions, aux aléas de l’activité rédactionnelle humaine dont ce substrat fut le résultat ; le questionnement d’ordre historique semble donc absent, au moins, de leur argumentaire habituel, sinon de leur mode de réflexion. Pour eux, le texte est là, définitivement fixé et, en quelque sorte, consacré. Leur réflexion en la matière reste donc finalement circonscrite dans le même type d’argumentation scripturaire que celui des traditionnistes : les uns et les autres s’appuient sur le texte du Coran, les premiers pour affirmer qu’il est créé directement par "Allâh", les seconds pour déclarer qu’il est incréé. Les mu’tazilites de l’époque furent des théologiens apologètes beaucoup plus que des philosophes rationalistes tels qu’on les présente parfois.

Quant aux compilateurs de traditions sur l’histoire du texte, ils furent historiquement impliqués, mais de façons différentes, dans l’affaire du Coran créé :


l’auteur du Livre des grandes générations, Ibn Saad, au temps du calife Ma’moun, ne semble pas avoir eu beaucoup de peine à se rallier à la thèse officielle du Coran créé
Tabarî, Annales, année 218 (833).

Ibn Chabba, l’auteur de l’Histoire de Médine, soumis à examen par l’un des successeurs de Ma’moun, aurait, selon l’un de ses fidèles disciples, résisté à la pression califale.

Boukhari lui-même aurait été l’objet de calomnies à ce sujet, dues à la jalousie d’ordre professionnel de l’un de ses collègues traditionnistes. Quoi qu’il en fût, ces trois auteurs faisaient partie d’un univers commun, celui des transmetteurs de traditions, fonctionnant intellectuellement à partir de critères relevant du droit positif et non de la spéculation rationnelle naturelle.

Soucieux de valider la transmission des textes du Coran à partir du prophète, ils cherchaient la garantie que celui-ci était bien le Livre d'Allâh en tant que fondement d’une Loi dont ils établissaient, dans le même temps, les sources et les critères de validité. Le débat qui les intéressait était avant tout de l’ordre de la légitimation et du droit, et la preuve garante de toute chose était d’ordre juridique.

La réflexion et les controverses d’ordre philosophico-théologique, même s’ils en connaissaient les données, leur étaient finalement aussi étrangères et intruses que les sciences philosophiques qui avaient suscité ces questions chez les mu’tazilites. Tout cela marqua de son sceau l’orientation fondamentale et l’univers mental des sciences islamiques traditionnelles, en regard des sciences rationnelles d’origine étrangère, sinon en opposition avec elles. Les sciences rationnelles, devenues arabes, se développèrent et poursuivirent leur carrière de façon indépendante, parallèlement à l’activité intellectuelle des traditionnistes sunnites, sur lesquels, sauf exceptions ponctuelles notables, elles n’eurent finalement guère d’influence.

Un certain nombre de penseurs musulmans modernes déplorent aujour-d’hui que le courant mu’tazilite ait été, par son dogmatisme et les intrusions du pouvoir politique, l’artisan de sa propre mort, et ils estiment que sa disparition fut le plus grand malheur qui ait frappé la pensée religieuse de l’islam. Certains autres manifestent le souci apologétique de laver les mu’tazilites de tout soupçon de collusion avec l’inquisition organisée par le pouvoir politique.

De toute manière, et bien que la question du Coran incréé ne soit plus d’actualité, au moins explicitement, dans la pensée musulmane contemporaine, les choses ne semblent guère avoir changé pour ce qui concerne la relation entre des sciences religieuses islamiques continuant à se mouvoir à l’intérieur d’un cercle fermé, et des disciplines intellectuelles étrangères et intruses d’un nouveau genre.

Le Livre des musulmans se distingue de celui des juifs et des chrétiens en ce qu’il consigne la parole même d'"Allâh", révélée au prophète dans la « Nuit du destin » par l’entremise de l’archange Gibril.

En réalité, la « descente » du Coran, que la tradition appelle « incréé », est issue d’un long travail d’inscription, de sélection et de composition. Preuve que transmettre et transformer ne font qu’un.

.
Contenu sponsorisé

L'enfer coranique et le "Saint" Coran Empty Re: L'enfer coranique et le "Saint" Coran

Revenir en haut
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum